27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 10:50

En Ouganda, une récente et nouvelle loi criminalise l'homosexualité. Comme l'a rappelé la Haut-Commissaire aux droits de l'Homme des Nations unies dans son rapport publié cette année, «Nés libres et égaux», les principes fondamentaux d'égalité et non - la discrimination - s'appliquent à tous en vertu du droit international des droits de l'Homme.

Les dispositions pénalisant l'homosexualité sont donc contraires aux traités internationaux relatifs aux droits de l'Homme. Ce texte, l'Ouganda l'a librement ratifié. Ce pays ne peut donc appliquer des lois contradictoires sur son propre territoire.

A titre personnel, je pense qu'on doit humainement respecter les personnes homosexuelles, hommes et femmes.

Dans ce contexte, la France appelle politiquement les autorités de ce pays à respecter leurs engagements internationaux en matière de protection des droits de l'Homme, quelle que soit leur sexualité si elle reste constituée de rapports librement acceptés.

La France a bien fait de rappeler son engagement en faveur de la dépénalisation universelle de l'homosexualité et contre les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre. Elle soutient les initiatives de la société civile visant à lutter contre toutes les discriminations dans le domaine étroit de "la sexualité librement partagée".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Crainte de Dieu 05/03/2014 14:16

Les droits humains sont-ils au-dessus des LOIS DIVINES.
Si nous créatures humaines méprisons Notre Créateur, pourquoi exigeons-nous que nos enfants nous respectent?

Bisson 05/03/2014 16:11

Pourquoi "anonyme " ?