13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 15:32

MARIAGE : une conception à respecter.

Notre société vit des temps difficiles lorsqu'elle se trouve devant des situations nouvelles. Il faut d'abord reconnaître que le terme "mariage" existe depuis toujours, et même dans la Bible, comme l'union d'un homme et d'une femme, couple familial ayant la faculté d'engendrer une descendance. La Bible présente ainsi la création de l'humanité : Adam puis Eve sont créés comme le premier couple destiné à peupler la terre. Nos sociétés ont vécu sur cette constance du "mariage", que certains pouvaient librement refuser et choisir de rester célibataires pour se destiner à une autre fonction. Ce fut le cas des Prêtres et des Religieuses dans le cadre de l'Eglise catholique. Les sociétés ont, depuis toujours, connu des individus qui choisissaient l'homosexualité. Mais jusqu'alors, peu nombreux, ces personnes vivaient leur particularité dans la discrétion.  Aujourd'hui se pose pour les homosexuels, hommes et femmes, le désir de ne plus rester "en marge". Ils désirent que leur choix social et sexuel soit reconnu.

Pour respecter la liberté individuelle, je pense qu'ils ont effectivement le droit que leur engagement soit, socialement reconnu. Mais choisir le terme de "mariage" me semble une maladresse car le mot mariage est depuis plusieurs millénaires utilisé dans un sens rituel qu'il faut préserver.

Le droit que de nouvelles tendances soient possible est légitime, mais les couples unisexuels doivent bénéficier d'un contrat, d'une reconnaissance particulière. Il faut créer un "mot nouveau" qui couvre une situation nouvelle entre deux hommes ou deux femmes qui s'unissent pour vivre ensemble. La loi devraient ainsi prévoir un "compagnonnage" que pourrait enregistrer un nouveau registre d'état civil.

C'est, un changement de situation sociétale qui mérite que l'on crée un terme nouveau répondant à une réalité nouvelle. Le mariage restant ce qu'il a toujours été.

Jean Bisson - 13 01 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires