12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 00:01

La France conservera-t-elle ou non sa note AAA ???

La crise financière, organisée par quelques "spécialistes" qui spéculent sur la peur, qui ont le pouvoir de mettre à genoux des nations, nations qui, il est vrai, ont eu la grande imprudence de croire que l'on pouvait dépenser sans compter et laisser quelques-uns s'enrichir impunément, nations qui ont toujours soutenu les banques quand il fallait les renflouer après des pertes, mais qui n'ont jamais réussi à faire partager les profits qui s'évanouissent promptement sur les comptes de quelques actionnaires, bref cette crise financière, qui défait les gouvernements de Grèce et d'Italie, risque bien de peser sur les prochaines élections françaises.

En clair : le Président en place, qui préside actuellement le G20 et se montre aux côtés d'Obama, peut tirer profit de sa position, surtout s'il parvenait à nous conserver le fameux AAA ! Mais il y a peu de chance pour que cette spéculation se concrétise.

Quant au candidat de la gauche, qui s'est déjà engagé personnellment et qui, officiellement candidat de son parti, se devrait d'honorer les directives édictées par le programme socialiste, pourra-t-il tenir ses engagements s'il était élu ? Sans doute pas. Non par malhonnêteté, mais parce que les aléas de la crise économico-financière s'imposeront et que les promesses ne pourront pas être tenues.

Moins les candidats feront de promesses et mieux s'en porteront-ils ! Tous les pays en crise auraient intérêt à mettre aux affaires des coalitions nationales pour gérer "au mieux" le navire de l'état au sein de cette tempête quasi universelle. D'où le besoin d'un "penser" unique : se serrer les coudes pour tenter de ne pas couler. La co-gestion est-elle possible ? Actuellement sûrement pas. Chacun des blocs, de droite comme de gauche, ne pense qu'à obtenir la majorité qui lui pemerttra d'ignorer l'autre. Mais la France est-elle condamnée à basculer toujours de la gauche à la droite ou inversement? Il est vrai que ce jeu de ping-pong a été soigneusement organiser par la Constitution, héritage gaullien... Reste qu'un "Centre" politique a aussi toujours existé. Misérablement, car très fractionné, mais avec une potentialité et des talents. Et dans l'actuelle conjoncture, le "centrisme" ne pourrait-il pas en tirer un substantiel profit ? C'est vrai qu'il lui sera difficile de se rassembler autour d'une seule tête !

Jean Bisson – 12 11 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires