5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 08:17

Juillet 1962! Après 132 ans de présence française, après une douloureuse guerre pour s'affranchir de la tutelle française, l'Algérie accédait à l'indépendance. Joie et espoirs étaient au diapason de cette souveraineté retrouvée.

Bien des "Pieds-Noirs" quittaient "leur" terre, abandonnaient leurs biens, dans une souffrance aussi cruelle qu'incompréhensible. Bref, une page d'histoire se tournait, dans l'exubérance pour les uns, dans la détresse pour les autres.

Il est temps, après un demi-siècle, de relire clairement ce que fut ce passé, avec ses facettes négatives et ses points positifs, de regarder en face la situation d'aujourd'hui, de renouer ou de renforcer des liens dans le respect de nos différences et pour toutes les complémentarités positives qui peuvent nous unir et nous servir.

L'avenir des relations franco-algériennes dépend certes des volontés politiques, mais n'est-il pas d'abord conditionné par les liens humains tissés entre nos populations si étroitement liées? Il appartient à tous d'œuvrer au maintien d'un climat fraternel et constructif entre nos deux pays, entre nos deux cultures, entre nos potentiels souvent complémentaires. Tout reste possible dans la paix et le respect mutuel.

 Jean Bisson - 05 07 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LOUANCHI 14/09/2012 19:50


Harkis les camps de la honte : lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news


En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de
Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du
village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions
hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un
seul aujourd'hui se décide à parler.


 


35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


 


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de
ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi
joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures.
(H.Louanchi