15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 23:01

Des familles - dont un membre avait été victime de prêtres pédophiles - ont déposé une plainte devant la Cour Pénale Internationale (1) contre le pape Benoît XVI et plusieurs cardinaux de la Curie romaine (2). Il semble curieux que cette plainte en justice ait été déposée juste après quee Benoît XVI ait reçu une consécration mondiale à Madrid par deux millions de jeunes lors des Journées Mondiales de la Jeunesse !

Juridiquement, pour qu’un organisme international ait capacité d’agir, il faut qu’il soit compétent en l’espèce et que l’affaire portée devant lui soit recevable. Le Vatican, en tant qu'Etat, n'étant pas signataire du Traité de Rome de 1998 dont dépend la CPI, cette juridiction devrait se déclarer incompétente. En ce qui concerne la matière de l'accusation ((pédérastie pratiquée dans diverses zones géographiques), elle ne semble pas entrer dans le champ d'action des «crimes contre l’humanité» énumérés à l’article 7 du Statut de la Cour. 

Dans les rapports entre diocèses et Saint-Siège en matière de pédophilie une jurisprudence de 2009 a été la conclusion d'une cour d’appel aux Etats-Unis affirmant qu’il n’y a pas lieu de parler de « communication ou de lien de responsabilité entre les diocèses et les membres du clergé concernés et le Saint-Siège (Arrêt John Doe et Saint-Siège, année 2009, Cour d’appel pour le neuvième circuit, recours auprès de la Cour suprême rejeté).

Il est évident que ce ne sont pas les responsables religieux de haut-niveau qui sont coupables, mais les ecclésiatiques qui ont personnellement commis ces délits sexuels. Plus que ses prédécesseurs, Benoît XVI a oeuvré pour le châtiment des clercs ou religieux pédophiles et pour une prévention plus efficace. Les délinquants doivent donc subir les lois de leur propre pays. Reste à définir si la pédophilie doit toujours être considérée comme une perversion ou si elle pourrait, dans certains cas, être reconnue comme une «maladie», ce qui, de toutes façons, ne réduit pas l'agression perpétrée contre la jeune victime.

Jean Bisson – 16 10 2011

1- Via le SNAP (Survivors Network of those Abused by Priests) une association très importante de victimes de pédophilie de la part de membres de l’Église.

2- Notamment les Cardinaux Bertone, Levada et Sodano. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires