16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 23:01

Une nouvelle crise économico-financière secoue profondément le monde et tout particulièrement les USA et l'Europe. Quelles en sont les causes ? La planète commerciale basait son activité sur une croissance économique constante; or, désormais, l'économie globale s'oriente durablement à la baisse. En France, la progression économique avait été de 0,2% au premier trimestre 2011, elle a été de 0% au second trimestre 2011 ; elle sera sans doute négative au prochain. Les stratèges qui nous gouvernent ont prévu pour l'année 2011 une progression globale de 2% ! Il faudrait une croissance de 8% au dernier trimestre 2011 pour atteindre l'objectif fixé ! C'est dire l'irréalisme de nos dirigeants...


La dette française - qu'ils ont jusqu'alors joyeusement contribué à augmenter - ces mêmes responsables entendent la réduire de 3% avant 2013. Soit à rembourser en 2012 près de 5 000 millions d'euros ! (1) Cette question devient cruelle en période pré-électorale. Certes, il faudra vivre une période de vaches maigres. Mais qui devra se serrer la ceinture ?


Et nos gouvernants de plancher... Quelles seront les mesures de rigueur ? Que va-t-on rogner sur les 504 niches fiscales qui existent actuellement ? Toutes les supprimer est impensables (2). N'en supprimer qu'une partie : c'est sans doute ce qui sera décidé : mais que de tracas pour trancher et que de mécontents en prime ! Les niches qui seront conservées perdront sans doute une partie de leur privilèges. On pourrait imaginer la création d'une nouvelle taxe sur les hauts et très hauts revenus...


Mais nos politiques n'iront pas, hélas, jusqu'à mettre en place une « taxe Tobin » (3), ni, ce serait pourtant d'un bel effet symbolique, jusqu'à décréter une baisse des avantages financiers liés, avec largesse, à leurs fonctions parlementaires ou ministérielles...


Une réunion devrait – si mes informations sont bonnes – se tenir à l’Élisée, aujourd'hui même. L'instabilisation des marchés boursiers pèse sur les choix politiques. Cette incertitude est nourrie par ceux qui, poussés par le Président, souhaitent imposer la "règle d'or" (4) dès que possible. Si une juste répartition de l'effort financier n'est pas réussie, c'est l'avenir de la cohésion sociale de la France qui est en péril.


Le Parti Socialiste, qui semble conscient de cet enjeu, saura-t-il proposer une voie crédible ? S'opposer à la "règle d'or", est-ce une réponse réaliste ? Il ne me le semble pas. La question restera l'une des plus sensibles et un enjeu pour les élections hexagonales de 2012.


Jean Bisson – 17 08 2011


1- Notre dette publique dépasse les 1 600 milliards d'euros. La réduction de 3% a été promise aux instances européennes...

2- Supprimer l'avantage fiscal des anciens combattants de plus de 75 ans (niche fiscale dont je bénéficie...) reviendrait, pour la droite, à perdre une partie non négligeable de son électorat !

3- Tobin est un professeur d'économie américain qui préconise, depuis plusieurs années, l'instauration d'une taxe automatique sur toute transaction en bourse (vente et achat de titres et valeurs boursières).

4- La règle d'or viserait à obliger tous les acteurs publics : État, Administrations et Collectivités à respecter l'équilibre des bilans financiers, c'est-à-dire à ne pas engager de dépenses au-delà des recettes, et ne pouvoir qu'exceptionnellement avoir recours à un emprunt qu'en fonction d'un pourcentage défini.

Partager cet article

Repost 0

commentaires