10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 00:01

Dans l'Europe, où certains fantasment autour de son héritage chrétien, dont parfois ce rappel  en irrite d'autres, le Vatican a publié une note transmise par la 12ième rencontre des Présidents des Conférences épiscopales de l'Europe du Sud-Est (1). Cette réunion vient de se tenir à Strasbourg du 5 au 8 mars, rencontre - à huis clos - organisée par le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCEE) et par la Mission permanente du Saint-Siège auprès du Conseil de l’Europe.  Ces présidents de neuf Conférences épiscopales ont un point commun : leurs Églises constituent des minorités religieuses dans leurs pays respectifs.

 

Ils faut donc s'habituer à vivre avec réalisme dans un environnement humain qui n'est plus celui d'une chrétienté référentielle et institutionnelle, mais qui - par la mondialisation d'une part et par la laïcisation du monde d'autre part -  range l'appartenance religieuse au seul rang du choix personnel. Car, ne soyons pas hypocrites, même en France aujourd'hui, quel pourcentage de population représentent les Chrétiens pratiquants ? Cinq ou six pour cent, si l'on se réfère à ceux qui versent annuellement le "denier de l'Eglise" (autrefois denier du culte).

 

Désormais la garantie de la liberté religieuse, en France, passe par la laïcité de l'Etat. Et c'est pourquoi après les "printemps arabes" de l'année 2011, certains s'inquiètent de la prise du pouvoir des Islamistes, dans certains pays du Maghreb! Ils sont incontournables, puisqu'ils sont les seuls groupes organisés dans ces pays.  Et c'est pour cela qu'il faut aider ces nations qui se construisent !  Ceux qui sont conscients qu'il faudra avancer vers une laïcisation étatique, seul moyen de mettre l'aspect religieux en dehors de la gouvernance d'un état où, en notre époque, l'unicité de penser ou de croire n'est plus acceptable.

 

Chez de nombreux intellectuels musulmans, et tout particulièrement chez les femmes musulmanes, l'idée d'un état laïc progresse comme étant la seule voie permettant la liberté individuelle, l'égalité juridique entre hommes et femmes, et garantissant la liberté du culte.

 

L'Europe saura-t-elle montrer le chemin d'une démocratie qui respecte toute personne, dans son intégralité, par l'application d'une laïcité exemplaire qui laisse à chacun son libre-arbitre? C'est aussi un combat à poursuivre, même en France !

 

Jean Bisson - 10 03 2012

1- Ce sont les représentants des pays et groupe suivants : Albanie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Chypres, Grèce, Moldavie, Roumanie, Turquie et Conférence Internationale «Sts Cyrille et Méthode».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jonas 13/03/2012 09:01


Il est impossible pour le moment qu'un pays arabo-musulman soit démocratique, pour la simple raison que la religion musulmane est une religion civile ce  qui veut dire qu'elle s'occupre de
la vie quotidienne du croyant. Or tous les pays arabo-musulmans sont religieux et tous ont dans leur constitution l'islam comme religion. Bref il n'y a pas de séparation de la religion et du
poltique dans les pays arabo-musulmans. Il faut cesser de prendre une minorité d'intellectuels pour l'ensemble des peuples.


M. ElBaradei, l'ancien directeur de l'AIEA et détenteur du prix nobel de la paix en 2005, reconnaît que la "moitié du monde arabe souffre d'analphabètisme , c'est-à-dire plus que dans les pays
africains subsahariens.". Dans ces pays la religion reste le seul refuge de la dureté de la vie. La laïcité dans le monde arabo-musulman est considéré comme un  athéïsme. Il vaut  mieux
regarder les choses telles qu'elles sont et non pas les rêvées Cela évite les désillusions.