7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 23:01

Deux événements récents m'ont interpelé. Le premier a été l'immersion du corps de Ben Laden dans la Mer d'Oman. Le second a été l'extraction des fonds sous-marins du corps de l'un des passagers de l'avion disparu il y a deux ans dans l'Atlantique; d'autres pourront suivre, au gré des découvertes. Et je ne peux dissocier l'action humaine de ces deux réalités. Elles m'ont fait ressortir un texte, écrit il y a quelque temps sur l'eau et les mythes qui s'y attachent. Un texte que j'ai prévu d'utiliser cet été à l'occasion d'une exposition intiulée "L'eau dans la Bible" (1).

La portée symbolique de l'immersion ne peut échapper à quiconque : il s'agit à la fois de priver la personne d'un lieu de sépulture reconnu et d'empêcher quiconque de se recueillir et de faire mémoire en un lieu précis et concret. A l'inverse, remonter un corps peut être ressenti comme des "retrouvailles" permettant de pratiquer des rites funéraires particuliers et de faciliter ce qu'on appelle aujourd'hui "le travail de deuil"...

L'imaginaire de l'homme, de tous temps, a été habité de créatures aquatiques fabuleuses et parfois terrifiantes. Ces monstres hantent la littérature depuis les civilisations les plus reculées : les marins grecs se méfiaient des Sirènes, de leur beauté et de leurs musiques ensorcelantes... Chacun se souvient de l'Odysée d'Homère !

Le Léviathan, monstre marin évoqué dans la Bible, symbole du mal absolu, aurait vocation à détruire le monde; Dieu seul peut le terrasser : c'est la vision du prophète Isaïe (27, 1).

La baleine, par sa taille, n'a-t-elle pas avalé le Prophète Jonas avant de le rejeter, trois jours plus tard, pour accomplir la mission que Dieu lui avait confiée ! Dans l'Apocalypse de St Jean (2), on lit que « l'eau se changera en Absinthe » (8, 10-11)...

Tout au long des Evangiles, l'eau est omniprésente dans la vie de Jésus : aux noces de Cana où l'eau se change en vin pour la fête, lorsque Jésus marche sur l'eau, quand il calme la tempête, qu'il provoque une pêche miraculeuse, qu'il rencontre la Samaritaine au puits de Jacob, qu'il envoie l'aveugle à la piscine de Siloë, etc.

En littérature, Jules Verne, dans "Vingt mille lieues sous les mers", raconte comment le Nautilus fut attaqué par un poulpe géant. Victor Hugo, dans Les Misérables, compare les égouts de Paris à l'intestin du Léviathan. "Léviathan" est le titre du roman que Julien Green a publié en 1929; le monstre y symbolise "le mal" lové au sein de chaque humain.

Les monstres, il faut le reconnaître, ne peuplent pas seulement mers et océans. Ils résident aussi dans les lacs et même dans nos cours d'eau : le monstre du Loch Ness est célèbre en Écosse, et en Franche-Comté, n'avons-nous pas la Vouivre ?

L'eau demeure par excellence le milieu du mystère !

Jean Bisson - 08 05 2011

 

1- Dans le cadre du Conservatoire diocésain d'art sacré d'Ecole (25480), l'exposition "l'Eau dans la Bible" sera ouverte du 03 juillet 2011 au 15 août inclus, chaque dimanche de 14 h 30 à 18 h 30. (Entrée gratuite)

2 - La Bible présente, hors de l'eau, bien d'autres animaux fabuleux. Le Prophète Daniel a une vision d'un monstre à corps d'oiseau mais à sept têtes, dont une sur la queue ! Dans l'Apocalypse, nombreux sont les monstres mythiques décrits : (lion ailé, taureau ailé, aigle et face humaine ailée 4, 6-8 ; agneau aux 7 cornes > 5, 6-8 ; agneaux et chevaux > 6, 2-7 ; aigle > 8, 13 ; sauterelles, grenouilles > 9, 1-10 et 18-19 ; dragon >12, 3-4 et 7-18 ; léopard diabolique > tout le chapitre 13 (qui se termine par 666 (signature diabolique) ; la bête et la grande prostituée >17, 3 )

Partager cet article

Repost 0

commentaires