16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 23:01

En effet, le 17 juin 1994, à Paris, était signé une Convention des Nations unies sur la lutte mondiale contre la Désertification. La dégradation des terres touche plus de 40% des terrains cultivables de la planète, alors que la sécurité alimentaire de la planète n'est pas assurée pour 30% des habitants actuels (toujours en augmentation globale...).

Si rien n’est fait, une superficie équivalente à 1/5 de la France continuera à être perdue chaque année. 72 % de ces zones à risque se trouvent dans des pays en développement. Pour faire face à ce défi, la France se concentre sur le financement de projets de terrain, sur l’Afrique et les pays de la Méditerranée, à un niveau de 423 millions d’euros en 2009.

Dans ce même cadre, un forum sur l'eau se tiendra à Marseille en mars 2012. C'est en fait non seulement tout l'équilibre environnemental de la terre qui est en jeu, mais c'est aussi l'équilibre nutritionnel de l'humanité de demain qui se joue. La dégradation des terres arables doit être stoppée et les terres déjà très dégradées doivent être traitées pour être récupérées.

C'est donc une grande cause que cette lutte engagée et les sommes investies sont un heureux placement humanitaire.

Jean Bisson – 17 juin 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires