17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 23:01

En juin 2011, en Charente, le Président Sarkozy a annoncé la création de retenues d’eau pour l’irrigation. Un plan-réservoir de 40 millions de m3 a été programmé (coût de 120 millions d’euros, financé à hauteur de 75% par des fonds publics).  

Pour Bernard Rousseau, pilote du Réseau Eau de FNE (France Nature Environnement) et membre du Comité National de l’Eau, "ces dispositions sont catastrophiques pour la gestion de l’eau, elles le sont d’autant plus qu’elles s’inscrivent dans un contexte d’évolution climatique qui réclame plus de maîtrise et moins de laxisme."

Dans une perspective d'agriculture raisonnable et écologique, est-il normal de favoriser des cultures, comme le maïs, qui exigent plus d'eau que le climat naturel n'en dispense? Ceux qui répliquent que, précisément, ces retenues d'eau sont faites pour mieux répartir l'eau pluviale et en disposer au bon moment pour l'agriculture, oublient, leur répondent les hydrologues, que cette eau, dont une partie d'ailleurs s'évapore sans aucun profit, est autant de moins pour la maintenance des nappes phréatiques qu'on continue allègrement à pomper et qui ne peuvent plus se reconstituer. Là est donc le problème angoissant que seuls les "Verts" ont le souci de porter... Cette eau, en moins pour la nature, manquera un jour à nos robinets domestiques ! 

Le Président Sarkozy, a l’occasion du congrès de la FNSEA, le 29 mars dernier, à Montpellier, a annoncé la publication de deux décrets devant assouplir la réglementation actuelle de construction et de gestion des retenues d’eau. Or le Comité National de l’Eau (CNE) qui devait statuer, ne s’était pas encore réuni ! Le Président de la Coordination pour la Défense du Marais Poitevin François Marie Pellerin affirmait alors que "cette réforme de dernière minute risque de se faire au bénéfice des quelques agriculteurs seulement et au détriment des autres usages et de la préservation des milieux aquatiques."

Quant au président de France Nature Environnement Bruno Genty, il ne mâche pas ses mots : "Il faut que la consultation publique aboutisse à retoquer ces décrets injustes, potentiellement préjudiciables à l’environnement, et qui vont couter très cher aux contribuables qui financent ce plan de retenues absurde". 

Voilà encore une question que les Ecologistes ne doivent pas perdre de vue et qu'ils n'oubliront pas de rappeler fermement au nouveau gouvernement...

Jean Bisson -  18 05 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires