25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 23:01

Comment ne pas être préoccupé par la première élection présidentielle libre et démocratique, qui vient de désigner le représentant des Islamistes pour diriger l'Egypte? Il est évident que ce n'est pas ce dont rêvaient les manifestants qui renversèrent le dictateur Moubarak...

Inquiétantes sont les décisions prises le 13 juin par le Ministre de la Justice visant à renforcer le pouvoir militaire en matière de maintien de l’ordre. L’ordre public ne devrait-il pas se concevoir dans le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales?

Inquiétantes les premières déclarations du nouveau Président Mohamed Morsi qui entend rétablir la "Charia" (1) et se propose de resserrer les liens avec l'Iran (2), tout en affirmant qu'il sera le président de tous les Egyptiens...

Inquiétante cette perspective, tant pour les Egyptiens coptes que pour les Egyptiens agnostiques qui seraient assujettis à une loi islamique qu'ils n'ont pas choisie.

Le monde démocratique libre doit rester vigilant et aider les Egyptiens à avancer dans le respect des droits fondamentaux universels.

C'est vrai pour tous les pays, musulmans ou non. L'Islam, dans sa pratique, dépend de la lecture que les responsables religieux et politiques font du Coran (3).

Ne faut-il pas plus que jamais soutenir les tenants d'une lecture non-littérale, mais d'une lecture apaisée et libérale du Coran? Bien des "sages" Musulmans, s'ils se sentent soutenus et respectés s'engageront sur cette voie d'un aggiornamento religieux. Le temps des colonisations idéologiques disparaîtra. La vraie démocratie, respectant l'espace religieux individuel, respectant la liberté de conscience triomphera. C'est l'histoire et le temps qui le veulent.

Jean Bisson- 26 06 2012 

1- La "charia" est la loi coutumière islamique qui découle des pratiques observées il y a bientôt 15 siècles, qui prônent de couper la main droite des voleurs, de lapider à mort la femme adultère, et qui donne à l'homme le droit de répudier son épouse... Des droits archaïques, ne correspondant plus au droit international du 21° siècle. Que des croyants traditionnalistes appliquent à eux-mêmes ces lois ancestrales, reste leur droit. Mais qu'ils l'imposent au non-musulmans voire aux musulmans libéraux va à l'encontre des lois internationales, à l'opposé des libertés individuelles fondamentales.

2- L'Iran, depuis la période où les Islamistes ont repris le pouvoir (avec une certaine complicité de la France) s'est repliée sur un Islam fondamentaliste et nationaliste. Son anti-israëlisme notoire et sa course actuelle à la possession de l'arme atomique constituent sans doute un réel danger pour l'ensemble des pays démocratiques.

3- Il existe des pays où l'Islam reste modéré et tente de se moderniser. Pour moi, la monarchie jordanienne en est un exemple. Le Prince Hassan, promoteur de rencontres interreligieuses en son pays comme dans le monde, a montré que le dialogue interreligieux est possible et que le respect mutuel est l'incontournable et seule voie pour la paix.

Le livre "Islam et Christianisme"(Editions BREPOLS, publié en 1997 par le Prince El Hassan bin Talal, alors prince héritier de Jordanie, reste l'un de mes livre de référence en la matière.

Partager cet article

Repost 0

commentaires