24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 23:03

RUTH,  femme exceptionnelle, est une jeune fille du pays de Moab, une  terre peuplée de descendants de la branche abrahamique d’Agar et de son fils Ismaël.  Moab ? Où situez-vous cette terre ? C’est aujourd’hui en Jordanie, un plateau qui, à l’époque de Ruth, était plus fertile que la vallée du Jourdin. Des familles juives d’Israël,  terre où régnait alors la famine, s’étaient expatriées vers ces plateaux étrangers, mais verdoyants grâce aux pluies.

Et voilà que Ruth (une femme du peuple arabe) épouse un juif émigré du pays de Juda. Mais elle se trouve très vite veuve, ainsi que sa sœur et que sa belle-mère, la juive Noémie. Ne pouvant économiquement survivre sans homme pour gagner le pain quotidien, Noémie décide de rentrer en Israël et propose à ses deux belles-filles, veuves elles aussi, de retourner dans leurs propres familles. Mais Ruth, soit par fidélité à son époux défunt, soit par adhésion et conversion au Dieu d’Abraham, probablement pour ces deux raisons, suit sa belle-mère qui rentre en Israël.

Là, alors qu’elle glane pour survivre, elle croise le vieux Booz qui la remarque sur ses champs et qui décide de l’épouser. Ils auront un fils : Jessé et dans cette lignée de Jessé, on va trouver le roi David, Joseph (époux de Marie) et Jésus ! C’est ainsi que Jésus - on pourrait s'interroger sur cette portée symbolique - hérite humainement d'une double filiation, celle d’Ismaël par sa branche paternelle et celle d’Isaac par sa branche maternelle ! (1)

Un livre entier de la Bible (le Livre de Ruth) raconte cette vie étonnante qui en fait une ancêtre du Messie ! Ce texte est d’ailleurs lu chaque année dans le rituel juif pour la fête juive de Shavouot, encore nommée « fête des semaines ».  Se situant 50 jours après la fête de Pessah, Shavouot est aussi la fête des «prémices» où l’on porte au Temple les premières récoltes !

On observe, à l’occasion de Ruth, combien les fêtes chrétiennes et ses étapes liturgiques  ont été inspirées par les tradition juives !

(1) Jésus, pour les Chrétiens, étant aussi "fils de Dieu", incarne donc en Lui une triple filiation symbolique.

Jean Bisson – 25 05 2010  (mardi prochain je reviendrai sur Ruth...)

Partager cet article

commentaires