9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 23:02

Marie, Vierge et Mère : voici une très jeune femme de Judée, élevée dans la pure tradition juive et promise à Joseph ; son destin va basculer quand, selon la Bible, l’Archange Gabriel lui rend visite pour lui annoncer que Dieu l’a choisie pour engendrer un fils qu’elle devra nommer Jésus. Quoique bouleversée, Marie offre sa disponibilité. Ce "fiat", réponse de sa totale acceptation du plan divin, devient vocation. L’Ange ira ensuite prévenir Joseph; c’est la moindre des choses !

Le sens de ce prénom est discuté : si la racine égyptienne de Marie m.r.y (= aimer) est possible, la proximité du mot hébreu « mar yam » que l’on pourrait traduire par «goutte de mer», latinisé en stilla maris, devenu «stella maris» (étoile de la mer) ne semble qu’une étymologie poétique ! Je penche pour ne retenir que la racine sémite "m.r" que l’on vocalisera diversement selon les langues, et de remarquer que c’est cette même racine qui donne "mer", lieu aquatique de toute vie et "mère" qui implique sa spécifique fonction de donner la vie… On mesure ainsi la vocation de celle qui donnera vie au "Fils" représentant du Père, incarnation du Père pour les Chrétiens. 

Dans la tradition chrétienne, du moins chez les Catholiques et chez les Orthodoxes, Marie bénéficie d’un «culte de dulie», par opposition au «culte de lâtrie» (1) réservé au seul Dieu Unique. Ainsi le culte marial ne fait pas de Marie une déesse, mais seulement une personnalité exemplaire par le rôle qu’elle a rempli dans le plan de salut de Dieu.

Les courants protestants se sont démarqués du culte marial qui est devenu parfois, il est vrai, exagéré chez certains fidèles catholiques. Je n’en donnerai qu’un seul exemple : les nombreux pèlerinages à Mezzogorgie (Ex Yougoslavie) où, depuis plusieurs années, la Vierge livrerait chaque mois des messages à quelques confidents… Et ces pèlerinages en dépit de l’interdiction de l’évêque du lieu, interdiction confirmée par le Vatican ! Le besoin inné de miracles et de merveilleux est plus fort que la raison. J’en suis affligé.

De très nombreux ouvrages parlent de Marie. Une iconographie extraordinairement variée représente Marie, de l’Annonciation à son Assomption (puisqu’elle a eu – selon la tradition chrétienne -  le privilège de «monter au ciel» dès sa mort terrestre pour rejoindre son divin Fils.

C’est aussi pour cette raison que beaucoup de croyants s’adressent à Marie pour qu’elle intercède auprès de son Fils, lui-même siégeant à la droite de Dieu. Marie promue média entre l’humanité et la divinité !  La faveur que Dieu a permis pour que le corps humain de Marie ne connaisse pas la corruption post-mortem, c’est aussi l’annonce – pour les croyants – que l’humanité entière est appelée à ressusciter pour rejoindre la gloire éternelle du Créateur. C’est tout cela que Marie révèle aux chrétiens. (2)

(1) On retrouve cette racine dans "idolâtre" > qui rend un culte aux idoles.

(2) Suite sur Marie, Mère de Jésus, mardi prochain 17 août)

Jean Bisson 10 08 2010

Partager cet article

Repost 0

commentaires