8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 23:01

Le Canard enchaîné du 31 août titrait, en page 2 : « Lagarde Christine de Washington dénonce Christine Lagarde de Paris », un malicieux article que je ne résiste pas à résumer.

Ministre des finances, la titulaire du quai de Bercy décernait il y a quelques mois le satisfécit suivant aux Banques françaises : « Ces bons résultats traduisent la solidité d'ensemble du secteur bancaire français et en particulier le renforcement significatif des fonds propres des banques au cours des derniers mois, ainsi qu'une exposition au risque souverain maîtrisée. ».

 

Mais voici ce qu'affirme aujourd'hui la responsable du FMI et même Madame Lagarde : « Les développements de l'été ont montré que nous sommes dans une nouvelle phase dangereuse. Les enjeux sont clairs : nous risquons de voir la fragile reprise dérailler. Nous devons agir maintenant.(...) Nous pourrions voir la crise s'étendre à des pays centraux (en clair pour les spécialistes : la France et l'Allemagne), ou même assister à une crise de liquidités. »

 

Comment est-il possible de constater une évolution aussi brutale de l'analyse de ce haut spécialiste, sans se demander si ce changement n'est pas lié à son changement de fonctions ? Dispose-t-on à Washington d'éléments meilleurs sur la situation bancaire française  que lorsqu'on est le maître de Bercy ? Si oui, avouons qu'il y a lieu de s'inquiéter ! Dans le cas contraire, n'a-t-on pas le droit de s'indigner, ou de penser que, même un ministre, ne peut qu'exprimer ce qu'il croit à l'instant où il le dit, mais qu'il peut affirmer le contraire avec le même aplomb dans les semaines qui suivent. Une telle légèreté ne discrédite-elle pas la crédibilité des hauts responsables ?


Que les éléments boursiers évoluent de manière imprévisible est une réalité. Mais la fragilité des nations ne vient-elle pas d'abord de leur endettement qui les met à la merci du marché financier ? La "règle d'or" s'impose d'elle-même. Quant aux moyens d'appliquer cette règle en s'appuayant équitablement sur tous les contribuables, il faudrait que les élus montrent l'exemple.

 

Jean Bisson – 09 09 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires