27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 23:01

Que des Juifs, qui ressentent une haine largement dirigée sur eux, s'interrogent sur les causes de cette attitude, me semble normal. Que des Musulmans, spoliés depuis plus d'un demi-siècle de la terre où avaient vécu leurs ancêtres soient enclin à haïr leurs spoliateurs, me paraît compréhensible. Que certains Blancs égarés brusquement dans un univers africain ou indien puissent se sentir mal à l'aise et, par peur, puissent basculer dans la violence,  je le peux concevoir.

Que des personnes se sentent en danger dans un milieu qui n'est pas le leur, dans un milieu différent de leur culture, de leur langue, de leur foi, de leur âge... se sentent en danger, je le crois possible. Tous ces cas d'oppositions humaines (1), ont-ils des causes communes? Posée cette constatation, peut-on se l'expliquer? 

Certains croyants se contentent d'une explication théologique "extérieure": c'est l'intervention du diable. C'est juste. D'autant plus que "dia-boleim", vient du grec signifiant  "qui délie". Mais cette explication religieuse est d'abord une image symbolique qui engendre une attitude propre à toute l'humanité. Mais mettre la faute sur Satan, n'est-ce pas se dédouanner habilement de toute responsabilité humaine?

Les populations qui s'affrontent, le font toujours sur un fond complexe de peur ou d'ignorance, d'envie ou de jalousie. Parfois il peut s'agir de répondre à une injustice antérieurement subie, ou c'est la réponse semblant incontournable à une provocation. Bref, les causes de tout conflit peuvent être multiples, elles se rejoignent dans l'acceptation d'un arbitrage par la force ou par la ruse, plus souvent qu'une sage médiation ou que par l'agrément d'un jugement. Alors se règlent par la violence de trop nombreux conflits qui auraient pu (et dû...) trouver une solution pacifique et juste dans l'acceptation d'un compromis. 

Satan, est une très belle image. Mais ce symbolisme n'est-il pas une bonne et bien utile excuse pour éviter aux dirigeants, aux chefs, aux responsables de reconnaître que les tords sont peut-être (et souvent) partagés, que le passé peut rester douloureux mais qu'il faudrait avoir le courage de  dépasser cette situation - et je pense en ces jours où l'on ne commémore pas les 50 ans de la fin de la guerre d'Algérie. Aucune cérémonie en Algérie.  Rien d'officiel du côté français. 

Combien d'Israéliens ne peuvent concevoir de vivre en paix à côté d'un état palestinien? Combien de Musulmans ne peuvent imaginer que des Chrétiens puissent disposer d'une église dans un pays où ils sont minoritaires? Combien de "bons" Chrétiens ont peur de voir près de chez eux une mosquée, voire une synagogue... 

C'est vrai qu'on ne peut oublier la mort non encore expliquée des Moines de Tiberhine, encore que l'hypothèse d'une bavure de l'armée algérienne soit vraisemblable! C'est vrai qu'on ne peut oublier que dans le monde, les Chrétiens - notamment en Orient - payent un très lourd tribut dans les conflits actuels. 

C'est pourquoi je soutiens, de ma modeste plume, tous les efforts de paix et de réconciliation entre les croyants héritiers d'Abraham, entre tous les hommes de bonne volonté. Et, symboliquement, je condamne Satan en la diabolique attitude humaine de préférer le verdict des armes et de la force (verdict de riches...) aux solutions de paix passant par le respect de nos légitimes différences.

Jean Bisson - 28 03 2012 

1- On pourrait ajouter de très nombreux autres exemples de micro- affrontements : Algériens/Marocains; Saharaouis/Maliens; Irak/Iran: Turcs/Arméniens; Incas/Mayas; Perses chîites d'Iran/Irakiens chîites; Chîites/Sunnites, etc. Mais La France ne compte-t-elle pas encore aujourd'hui d'innombrables anglophobes et d'invétérés germanophobes ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jonas 28/03/2012 16:26


Bonjour , Monsieur


Ce qui est intéressant dans un échange c'est  de répondre aux questions  et non de les esquiver en parlant de sujets complexes avec légèreté  en occultant l'histoire.


Je vais d'abord définir le mot spolier et donner la parole au R.P Riquet ( 1898-1993)


Spolier: Déposséder- dépoullier- voler- gruger etc.


Le R.P.Riquet , jesuite, résistant et qui fut  un déporté:


" Or, la communauté juive de Jérusalem , héritière des traditions  mosaïques  et talmulmudiques , n'a jamais cessé de s'y maintenir, comme d'ailleurs , celles de Jaffa de Tibériade ou
Safed en Galilée. Elle n'a jamais cessé , non plus d'accueillir  les juifs répandus  dans le monde entier mais pour lesquels  Jérusalem demeurait le centre de leur vie religieuse
et nationale. Car , s'il n'y eut jamais une nation palestinienne, il y a depuis Moïse et même Abraham, un peuple juif qui n'a jamais renoncé à considérer la Judée comme sa patrie et Jérusalem sa
capitale. Toute la bible en témoigne. Mais aussi  Flavius Joseph , Strabon et Tacite,  comme aujourd'hui les historiens  tant soit peu sérieux.


Cela ne supprime  pas pour autant  les titres  de propriété légitimement  acquis en Palestine  par d'autres que les juifs. Mais cela ne permet pas aux arabes de se
prétendre  les seuls maîtres légitimes d'une terre que d'autres  qu'eux ont occupée, cultivée et gouvernée bien avant eux et, souvent beaucoup mieux qu'eux. Pendant les treize siècles
de la dominations musulmane, arabe puis ottomane, comme pendant les treize siècles  de l'empire byzantin, il ne fut jamais question d'une nation palestinienne. D'une part il y avait la
communauté  musulmane " umma" gouvernée par le Calife de Damas, puis de Bagdad, jusqu'à Cordoue en Espagne. C'était la nation unique soumise à un chef unique, politique et religieux. Elle
était il est vrai, composée d'un agrégat de populations multiples , Syriens, Phéniciens-Druzes, Kurdes-Iraniens Coptes , Berbères, Ibères , progressivement et brutalement arabisées  et
islamisées".


Je voudrai vous rappellez , cher monsieur, que l'empire ottoman avait colonisé  tous les pays arabes à l'exception du Maroc pendant + de quatre siècles sans créer un Etat palestinien. La
Palestine faisait partie d'un Sandjak. 50 % des Etats actuels du Moyen-Orient  n'existaient pas avant la dislocation de l'empire ottoman.


Par ailleurs pour aller vite, ce n'est pas des mains des palestiniens  ou en luttant contre eux que l'Etat d'Israël été créé. Mais bien dans  la lutte de ce dernier contre les
Britanniquees Puis lors du partage en 1947 de la Palestine entre deux Etats un Juif , un Arabe et jérusalem comme un corpus separatum.  La Résolution 181 de l'Assemblée générale des Nations
unies, votée le 29 novembre 1947, recommande le partage de la Palestine  en un Etat juif, un Eta arabe ( Palestine n'est pas mentionnée) et une zone" sous régime international particulier".


Israël avait accepté ce partage pas les Etats Arabes et dès la proclamation de l'Etat d'israël le mois de mai 1947 , cinq Etats arabes   limitrophes de la Palestine, Egypte-Syrie-Liban -Irak
 et la Transjoordanie  ( pas encore Jordanie ) attaquent  Israël.


Ils furent vaincus et signent  plus tard un armistice. L'Egypte garda GAZA et nomme un gouverneur militaire et la Transjordanie annexe purement et simplement la Cisjordanie et
Jérusalem-Est.( c-à-d la quasi totalité de la partie arabe prévue par le plan de partage de l'ONU de 1947). Des élections législatives se tiennent  en avril 1950 et donnent 20 sièges sur 40
aux représentants  de la Cisjordanie. Le 24 avril 1950, ce nouveau Parlement  vote l'annexion de la Cisjordanie et la partie arabe de Jérusalem par la Jordanie.


Donc de 1948 à 1967  soit 19 ans , Gaza ,  la Cisjordanie et Jérusalem-Est furent entre les mains de deux Etats Arabes Egypte et Jordanie sans que ceux-ci ne créent un Etat Palestinien
dans les limites qu'ils demandent aujourd'hui.


Alors , je vous pose la question. Pourquoi ces deux pays Arabes n'ont pas créé un Etat Palestinien ? 


Sachez également que deux Etats musulmans avaient reconnu l'Etat d'Israël, la Turquie en 1949 et l'Iran en 1950. Donc à l'époque il n'y avait pas de problème avec les musulmans et Israël mais
avec les arabes musulmans. ( La Palestine a servi de jouet entre les mains des pays arabes pour faire diversion et se maintenir au pouvoir)


PS. Concernant les moines assassinés, le journal El Watan d'Algérie d'hier mardi 27 mars rapporte que deux anciens terroristes repentis affirment que c'est bien le GIA qui est responsable de leur
mort.( Il faut suivre cette affaire))


Pour moi il n'y a aucune excuse au terrorisme et rien ne peut le justifier , surtout quand l'histoire est trafiquée.