23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 23:01

Au désert, libéré certes d'un certain esclavage (1), le peuple d'Israël prend conscience que sa liberté se concrétise d'abord par la rude expérience du sésert : faim et soif deviennent le quotidien d'un peuple qui n'avait jamais manqué de rien en Egypte... Quarante ans, c'est le temps que la mort prenne tous ceux qui ont quitté l'Egypte. Ce ne sera que la génération suivante qui prendra possssion de la terre promise.

Le moment le plus signifiant de ces années sera la suprême célébration de l'Alliance entre Dieu et Moïse au sommet du Sinaï, renouvellement de l'Alliance première entre Dieu et Abraham, mais aussi proclamation du « décalogue ». Et Moïse, sacrifiant alors un taurillon, répandra la moitié du sang sur l'autel du Très-Haut et aspérgera le peuple élu de l'autre moitié. Ne peut-on pas y voir l'annonce du sang versé par le Christ Jésus pour la rémission définitive de toute l'humanité ?

Moïse, remonté au sommet du Sinaï, y restera encore 40 jours (40 est toujours le symbole d'une longue durée précédant un changement important). Dans son dialogue avec Dieu, il recevra ainsi les consignes divines sur l'Arche de l'Alliance, sur le sacerdoce des lévites et sur les rituels du Temple...

Durant ce même temps, au pied de la montagne sainte, le peuple – confié à son frère aîné Aaron, se construit une idole et tombe dans l'idôlâtrie... Ce "peuple à la nuque raide" suscite donc une nouvelle colère divine. Dieu envisage de punir son peuple, comme au temps de Noé. Moïse réplique « quels rires en feraient les Egyptiens ! ». et il brise l'idole. Il fait exécuter trois mille coupables. Puis Moïse remonte une denière fois sur la montagne sainte, pour prendre congé du Seigneur, mais en lui demandant d'être présent désormais à la tête de son peuple.

La marche reprend. Des années d'épreuves, jusqu'au Mont Nébo. Là Dieu dit à Moïse : « De ce sommet tu vois la terre de Canaan, celle que j'ai promise à mon peuple. Regarde-la, car comme Aaron est mort sur la montagne de Hor, tu t'arrêteras ici, sur le Mont Nébo, pour rejoindre tes pères ».

Ainsi s'achevait la mission de Moïse ; devant cette terre d'Israël que ses pieds jamais ne foulèrent.

Jean Bisson -24 05 2011

1- Il s'agit pour moi d'un niveau d'esclavage nationaliste ; celui qui fait qu'une nation se juge supérieure à une autre. Le plus triste exemple récent fut le nazisme. Mais les conflits éthniques et les guerres religieuses sont du même type. Je ne peux m'empêcher d'éclairer l'actuel conflit entre Israël et les populations arabo-musulmanes de l'ancienne palestine par ce même éclairage. On peut comprendre la revendication de cette terre considérée "de droit divin" par des puristes du judaïsme. C'est une lecture littérale, au premier degré, de la Bible. J'y veux lire, moi, que Dieu n'a jamais permis à son propre peuple le droit de soumettre d'autres populations à l'esclavage. Vivre ensemble dans le respect de nos différences, me paraît bien être la seule volonté permanente du Dieu de Jésus-Christ.

Partager cet article

Repost 0

commentaires