15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 23:01

Odon Vallet (1), historien des  religions,  a donné son avis sur les destructions de mausolées par des islamistes à Tombouctou. Il revient sur le courant de pensée iconoclaste, qui rejette le culte des images saintes. Une réaction qui n'est pas une exclusivité de l'islam.  Je reprends une partie de son texte dans les 3 paragraphes suivants de cette brève.

Les mausolées de Tombouctou sont des tombeaux et des bibliothèques. Des hommes vénérés pour leur foi, pour leur érudition et pour leurs écrits, pieusement conservés, sont des guides pour leur communauté locale. Considérés comme saints, ils restent des maîtres spirituels pour leurs descendants. Leur lignée les vénèrent (2).

 

Or, les différents groupes armés qui ont pris la ville en avril [Ansar Eddine et Aqmi] prônent un islam pur, rigoriste. Ils estiment qu'Allah seul est saint et que toute image est sacrilège, déviante et donc à détruire. Ces mausolées en miettes font renaître les photos des bouddhas de Bâmiyân que les talibans en Afghanistan ont fait sauter à l'explosif, pour les mêmes raisons de "pureté doctrinale". Au Mali, ce qu'il y a de nouveau par rapport à l'Afghanistan, c'est qu'il ne s'agit pas là de sculptures mais de mausolées. Les islamistes s'en prennent directement à des pratiques religieuses qu'ils considèrent comme déviante.

Cet interdit des images se trouve dans les hadith, et non dans le Coran. Les châteaux du désert jordanien, résidences de chasse ou de loisirs, sont décorés de représentations humaines et animalières.  D'innombrables  miniatures persanes présentent des visages humains, des animaux. Certaines vont jusqu'à représenter le prophète lui-même! En Afrique du Nord, en Algérie comme au Maroc, des "Marabouts" sont fréquents aux entrées des villages où sont honorés de "sages et pieux ancêtres"...  

L'Ancien Testament biblique condamne les idoles :"Tu ne te feras pas d'idole ni de représentation quelconque de ce qui se trouve en haut dans le ciel, ici-bas sur la terre, ou dans les eaux plus bas que la terre." (Exode, 20, 4)

Mais aucune religion n'est, dans l'absolu, iconoclaste ou iconolâtre. Le judaïsme n'est pas exclusivement iconoclaste: des mosaïques avec représentations humaines et même divines – par exemple le dieu du soleil Helios – existent dans les angles du fronton de la synagogue de Capharnaüm, en Israël! Le christianisme a vécu deux grandes querelles iconoclastes aux VIIIe et IXe siècles, surtout en Orient, mais le plus grand iconoclaste ne fut-il pas Jean Calvin, au XVI°, qui a fait badigeonner à la chaux les fresques murales des églises, supprimer les statues et murer les vitraux!

Il y a donc toujours eu des puristes pour interdire l'art au nom de Dieu... C'est le danger de ceux qui se croient personnellement investis d'une mission divine exclusive! Je crois que de tels fondamentalismes sont les fruits amers d'une réflexion individuelle ou catégorielle qui manque de culture véritable, d'ouverture à l'art, et ignore la simple tolérance. C'est l'éducation religieuse approfondie qui fait défaut. 

Jean Bisson - 16 07 2012

1- Odon Vallet est l'auteur de "Dieu et les religions en 101 questions-réponses" (Albin Michel)

2- Dans le Catholicisme, on distingue le culte de "dulie" qui est réservé à Dieu seul, et les cultes de "lâtrie" que les croyants peuvent rendre aux Anges, à la Vierge Marie et aux Saints, ces personnages étant considérés comme des médiateurs entre Dieu et l'humanité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires