26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 23:00

Dans une colonie israélienne (en territoire de Jordanie), domine une population de plus de 600 familles "Séfarades". Ces ultra-orthodoxes, très pointilleux sur leurs règles religieuses, cohabitent avec une trentaine de familles "Ashkénazes", également conservateurs, mais considérés comme religieusement "impurs" . En conséquence, les enfants ashkénazes sont scolarisés à part, salle de cours, cour de récréation, uniformes et professeurs sont spécifiques, chacun chez soi !

La Cour Suprême d’Israël a condamné – jusqu’à présent en vain - cette discrimination scolaire.  Pour les Israéliens "laïcs", la Cour Suprême d’Israël, organisme créé à la fondation d’Israël, reste la caution démocratique de l’Etat.

Or, les Séfarades, avec 11 élus (parti Spass), et les Ashkénazes, avec 5 élus (Judaïsme Unitaire de la Torah) soutiennent tous deux le gouvernement actuel de M. Netanyahu !

 

Les divisions internes entre tendances religieuses, l’opposition entre religieux et laïques, montrent les difficultés auxquelles se heurtent les dirigeants politiques. Il n’est même pas sûr que les points de vue sur le blocus de Gaza les rassemblent ! Comment gouverner un tel patchwork ?

Jean BISSON – 27 06 2010

Partager cet article

Repost 0

commentaires