13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 00:01

Les instances mondiales doivent se mobiliser, sans cesse,  pour garantir à toute personne le respect de son choix religieux. Cela doit être considéré comme le fondement de toute liberté individuelle. Les "droits de l'homme" doivent partout assurer à toute personne une égalité juridique civile pour les fidèles de toutes les religions.

On peut s'étonner que, dans certains pays musulmans, la loi coranique, d'essence religieuse, soit confondue avec la loi civile et aboutisse à une indistinction entre règles religieuses et code pénal civil. C'est le cas, par exemple, en Egypte, mais aussi dans bien d'autres états d'Orient et d'Afrique du Nord. C'est aussi la situation dans beaucoup de pays où des groupes d'intégristes musulmans tentent de faire appliquer la seule loi islamique.

La déconfessionnalisation entre lois civiles et réglementation religieuse traditionnelle reste un problème présent. Il faut donc rappeler à toutes les autorités internationales leur devoir de placer le domaine judiciaire indépendant du cadre religieux. C'est au moins ce qui devrait être garanti à tout prévenu, qu'il soit "Musulman", "Chrétien", "Juif" ou "Incroyant".

Mais ce n'est pas encore pour demain. Ayant vécu une partie de ma vie en divers pays islamiques, j'ai, pour ma part, toujours tenté d'y respecter les convenances coraniques. Par respect pour les amis musulmans qui viennent manger chez moi, si je n'ai pas ce jour là de viande "hallal", nous partageons du poisson ! Et je n'ajoute alors jamais d'alcool dans mes sauces ou dans mes pâtisseries! Je respecte leur foi. Et j'attends, qu'en retour, ils respectent la mienne. Le monde de demain doit être construit dans cet esprit.

Jean BISSON - 13 02 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jonas 13/02/2013 06:06


Bonjour 


Merci, monsieur, pour ce point de vue que je partage. Il faut  aussi insister sur la réciprocité. , Respect  religieux partout.