5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 00:01

L'UMP s'indigne! Une journaliste a rapporté que François Hollande avait attribué des épithètes déplacées à l'égard du Chef de l’État (sale mec !»). C'est sans doute vrai, mais c'était "en privé" (dans le jargon des média on dit "en off") et, selon la bonne déontologie journalistique, de tels propos auraient dû rester confidentiels. La journaliste n'a pas respecté le bon usage; elle a eu tord. Quant au candidat socialiste, il apprend à ses dépends qu'il faut, en campagne, ne pas avoir la naïveté de se laisser aller à une belle prosopopée ! (1)

Lorsque le Chef de l’État, en visite officielle, avait apostrophé un manifestant par le, devenu fameux, "casse-toi, pauvre con !", n'était-ce pas aussi déplacé? Et ce n'était pas "en off", c'était public! Je n'ai pas souvenir qu'un membre du gouvernement se soit alors scandalisé, ni que des excuses aient été faites ou demandées ...

Il faut admettre que les nerfs des hommes politiques sont soumis à rudes épreuves. Si leurs propos sont parfois regrettables, on peut comprendre que ces humains puissent exploser, s'indigner, voire déraper, et en l’occurrence railler l'actuel Président ...

Par contre, quand les appareils politiques s'emparent de ces paroles, à froid et en pleine maîtrise, et qu'ils utilisent ces maladresses pour salir une personnalité politique, je condamne ce procédé qui déshonore ceux qui l'emploient. Certes la politique est une lutte. Mais il est des règles de bienséance à respecter. Jeter de l'huile sur le feu, ne grandit pas les journalistes qui s'y hasardent !

Jean Bisson – 05 01 2012

1- C'est, je pense, le terme qui convient à cette situation, où l'auteur s'imagine parler en place de celui dont il parle. C'est du moins ce que j'aurais expliqué à mes élèves en cours de français, en saluant l'aspect littéraire de cette pointe ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires