2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 00:01

J'ai reçu d'un ami, aussi cher que de vieille date, une pétition à signer pour sortir du nucléaire. C'est une lettre ouverte adressée à F. Hollande et à E. Joly. (1)

Si je suis d'accord, avec les 70 % de Français favorables à la sortie du nucléaire sur cet objectif éthique et écologique, je demeure prudent et très circonspect sur la manière d'en sortir intelligemment. Sur ce point, plusieurs points de cette pétition me déplaisent.

D'abord son ton polémique : « éléphants du PS », « dinosaures pro-nucléaires », « cuisine électorale », « hypocrite réduction... », etc. Ce vocabulaire me choque. On ne défend pas ses idées par des insultes.

Ensuite, il me semble ni réaliste ni responsable de penser qu'on puisse arrêter brusquement, pour des raisons idéologiques, une approvisionnement électrique sans s'assurer que des moyens compensatoires compensent les centrales nucléaires à fermer.

Chacun des signataire de cette pétition est-il prêt à réduire drastiquement sa propre consommation d'électricité ? N'oublions pas qu'aujourd'hui c'est environ les trois-quarts de nos besoins qui sont couverts par les centrales nucléaires.

Je ne suis pas prêt à réduire ma consommation personnelle dans ces proportions. Je ne peux oublier que l'industrie française, les chemins de fer et tant d'autres activités nationales seraient cruellement mis à mal par un arrêt brutal de nos centrales nucléaires.

Certaines de ces centrales, Fessenhiem notamment, atteignent l'âge de la retraite. Bien sûr qu'il faut les arrêter, prioritairement. Mais précisément l'arrêt programmé de ces monstres, a nécessité de prévoir leur remplacement. C'est pour cela que le chantier du réacteur EPR de Flamanville a été lancé. L'accord a été donné par nos élus. Et des milliards ont déjà été engagés sur ce qui pourrait être, effectivement une tête de pont. Si sa technologie s'allie aux exigences de sécurité qu'aujourd'hui on doit exiger, est-ce la bonne solution que d'arrêter le chantier en cours ? Je n'en suis pas convaincu. D'autant que ce serait un gâchis financier énorme.

Je préférerais qu'on se batte pour exiger que des sommes semblables soient engagées dès aujourd'hui pour le développement des productions électriques naturelles et renouvelables : éoliennes, marémotrices, géothermiques, carburants verts, etc.

Les motivations profondes de cette lettre sont justes. Sa rédaction passionnée la dessert à mes yeux. Je ne la signerai donc pas.

Jean Bisson – 25 11 2011

1-http://www.sortirdunucleaire.org/cyberactionPS

Partager cet article

Repost 0

commentaires