24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 00:01

Dans toutes les communes de France, les rues sont illuminées, partout des guirlandes, des lumières clignotantes, des vitrines débordantes, des idées de cadeaux, des propositions de gourmandises et d'opulence... Une débauche commerciale que souligne nos boites à lettres gorgées de publicités.

C'est bien de faire la fête. Surtout dans notre monde : mes deux précédentes brèves montrent combien la simple liberté de prier ou non, de penser et de s'exprimer librement, peuvent vous conduire en prison, en passant ou non par la case "tortures et humiliations"... Faire la fête, pendant qu'en Côte d'Ivoire, pays où j'ai enseigné la justice et les droits de l'homme, le sang coule entre partisans politiques, malgré le verdict des urnes...

Faire la fête, c'est nécessaire, mais peut-on oublier les sans-toit, les personnes âgées souvent seules, les malades, dans les hôpitaux et les cliniques, les personnes en prison, les étrangers loin de leur famille, et tous ceux qui, pour diverses raisons, ne pourront marquer cette fête parce qu'ils n'en ont pas les moyens financiers...

Noël se mesure-t-il d'ailleurs à la fête matérielle? Pour certains et même pour beaucoup, c'est peut-être effectivement le jour des cadeaux, le jour du "Père Noël", le jour des ripailles, du foie gras, de la dinde ou de la poularde aux marrons, de la bûche... 

Pour quelques-uns, chrétiens, c'est d'abord autre chose. C'est la commémoration d'une naissance étrange à Béthléem, près de Jérusalem, il y a 20 siècles, dans une famille juive de l'époque, naissance d'un garçon qui allait, en grandissant, étonner ceux qu'il croisait, par son intelligence des textes bibliques, par ses prises de position non-conformistes, s'entourant de "disciples et de femmes", faisant des discours, accomplissant des miracles, ne respectant pas toujours les interdits de la loi religieuse, scandalisant ainsi les élites religieuses... Et l'on sait la suite tragique qui conduisit ce Jésus de Nazareth au supplice de la Croix. 

Je suis de ces chrétiens pour qui Noël est d'abord cette fête religieuse. Evidemment, c'est une fête joyeuse, comme toute naissance est joyeux accueil d'une vie qui commence. Ma joie sera toutefois tempérée par la réalité du monde d'aujourd'hui dont je ne peux ignorer ni les détresses ni les tragédies. 

Bonnes fêtes de Noël à tous. 

Jean Bisson – 24 12 2010

Partager cet article

Repost 0

commentaires