26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 23:06

Une information qui fait réfléchir m’est parvenue par l’Agence Zénith de Rome. Elle évoque les remous  provoqués récemment  par la publication sur Facebook d’une page de caricatures du prophète de l’Islam. Le Pakistan, à 98% musulman, a réagi violemment. Et c’est l’infime minorité chrétienne qui sert de bouc-émissaire !

Voici l’information.

Jean Bisson – 27 05 2010

 

" Caricatures Mahomet sur Facebook : Des voix chrétiennes se joignent aux protestations musulmanes et gouvernementales.

ROME, Vendredi 21 mai 2010 (ZENIT.org) - A mesure que les musulmans du Pakistan expriment leur profond désaccord avec le site de socialisation sur Internet Facebook et le concours de « dessins de Mahomet » lancé sur ce réseau par l'un de ses usagers occidentaux, des voix chrétiennes se sont jointes aux protestations musulmanes et gouvernementales, rapporte aujourd'hui « Eglises d'Asie », l'agence des Missions étrangères de Paris (MEP).

Dans un pays à 97 % musulman où les chrétiens forment à peine 2 % de la population, la minorité chrétienne souffre de nombreuses discriminations, notamment du fait que sa religion est associée à l'Occident. A Islamabad, interrogé à propos de cette affaire, le P. Nadeem J. Shakir, secrétaire de la Commission pour les communications sociales de la Conférence des évêques catholiques du Pakistan, a déploré : « L'Occident échoue à comprendre les sensibilités religieuses de l'Orient. (...) Nous avons tous en mémoire les caricatures blasphématoires (de Mahomet) et l'impact que cet épisode a eu sur les minorités chrétiennes. Cette nouvelle affaire porte en germes les éléments d'une controverse supplémentaire entre chrétiens et musulmans. » Le 20 mai, le P. Thomas Gulfam a déclaré sur la chaîne de télévision de l'archidiocèse de Karachi que « le christianisme ne promouvait jamais le fait de heurter les sentiments religieux des autres », ajoutant qu'il projetait d'organiser une conférence de presse avec le Jamat-e-Islami, un parti politique islamiste, pour dénoncer Facebook.

Le 19 mai, le Jamat-e-Islami avait organisé une manifestation contre Facebook à Karachi, bloquant la circulation sur trois kilomètres sur la principale artère menant au tombeau de Muhammad Ali Jinnah, le père fondateur du Pakistan. Le même jour, le gouvernement pakistanais réagissait en déclarant avoir bloqué l'accès à Facebook et, le lendemain, la même mesure était prise à l'encontre du site internet de partage de vidéos YouTube pour des contenus qualifiés de « sacrilèges ».

« L'Autorité des Télécommunications du Pakistan (PTA, organe du gouvernement) a ordonné à tous les fournisseurs d'accès de fermer le site internet www.youtube.com en raison de la multiplication de contenus sacrilèges », lit-on dans un communiqué du 20 mai de la PTA, qui ne détaille pas lesdits contenus. La veille, rapporte l'AFP (1), la PTA avait déjà fait bloquer l'accès au réseau Facebook après qu'un tribunal le lui eut ordonné sur saisine en référé d'un groupe d'avocats se plaignant d'un concours visant à y poster des dessins du prophète de l'islam. « Pour éviter l'apparition de contenus irrespectueux sur leurs sites Internet - qui se sont multipliés au fil du temps -, la PTA a décidé de bloquer complètement l'accès à ces sites depuis le Pakistan », lit-on encore dans le communiqué se référant à Facebook et YouTube.

La controverse est née il y a un mois quand un usager occidental de Facebook a lancé un concours intitulé « La journée des dessins de Mahomet » (« Draw Muhammad Day ») dans lequel il invitait à poster sur le site le 20 mai des dessins représentant le prophète. Représenter ou dépeindre Mahomet est strictement interdit par l'islam. Depuis, des milliers de Pakistanais et de musulmans d'autres pays ont protesté sur le site de Facebook et le gouvernement du Pakistan a déjà fait bloquer, le 18 mai, la page de Facebook incriminée. Mais des avocats ont demandé en référé à la Haute Cour de Lahore de prononcer l'interdiction totale de Facebook au Pakistan. Le 19 mai, la cour a ordonné à la PTA de bloquer l'accès à Facebook jusqu'au 31 mai, date de l'audience qui jugera l'affaire sur le fond.

Par ailleurs, le communiqué du 20 mai informe que « la PTA serait reconnaissante aux autorités de Facebook et YouTube de la contacter afin de résoudre ce problème au plus vite dans un esprit de respect et d'harmonie religieuse ». Aux Etats-Unis, le 19 au soir, Facebook s'est dit dans un communiqué « très déçu par le jugement de la cour (de Lahore) de bloquer » son site « sans avertissement ». « Nous analysons la situation et les implications judiciaires et nous prendrons les mesures appropriées, qui pourraient inclure l'impossibilité pour les usagers au Pakistan d'accéder » aux pages incriminées, a cependant promis Facebook depuis son siège de Palo Alto, en Californie. « Nous voulons que Facebook soit un lieu où les gens peuvent discuter ouvertement de problèmes et exprimer leurs vues, tout en respectant les droits et les sentiments des autres », poursuit le communiqué de la firme américaine.

Les violentes protestations déclenchées dans nombre de pays musulmans dès 2006 par la publication de caricatures du prophète Mahomet dans des journaux danois, puis d'autres pays d'Europe, avaient culminé le 2 juin 2008, avec un attentat suicide contre l'ambassade du Danemark à Islamabad, qui avait fait huit morts dont un Danois. Par ailleurs, au mois de février 2006, plusieurs lieux de culte chrétiens avaient été saccagés par des foules en colère faisant l'amalgame entre présence chrétienne et Occident ."

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires