28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 23:01

Dans son expansion démocratique, le 21° siècle aurait pu s'accompagner d'un penser de son temps; or les constantes humaines sont tenaces et diaboliquement récurrentes, en politique, dans le domaine religieux et finalement dans tous les domaines.

En témoigne certains journalistes qui entendent donner des leçons de gestions financières et économiques aux hommes politiques ! Au cas où François Hollande serait élu à la Présidence de la République, telle journaliste, le conseille sur le bon chemin à suivre à travers la tourmente monétaire que traverse le monde capitaliste. Que faire ou que ne pas faire pour conserver le label AAA de notre Hexagone? Surtout remiser les promesses irréfléchies du plan socialiste qui ne sont que rêves, et foncer dans le réalisme financier qui serait la rigueur et le remboursement -aux banques et à leurs actionnaires- des déficits actuels. Qui doit débourser? Où doivent être faites les économies? Sur les dépenses sociales de l’État (Sécurité sociale, fonction publique, grandes subventions, blocage des salaires ; etc. ), sur les aides diverses (emplois, associations, etc.) ! Mais une telle politique n'entraine-t-elle pas logiquement une baisse du pouvoir d'achat et donc une augmentation de la récession? Dans de telles circonstances, ne faudrait-il pas au contraire augmenter les salaires pour faire redémarrer l'économie de marché? Certains pays le font ; pourquoi pas la France? Quant aux économies et au remboursement de la dette publique, n'est-ce pas aux Banques et aux riches entreprises de financer l'essentiel de ce redressement? Une économie moderne, avec des comptes équilibrés, ne doit-elle pas passer par la justice sociale d'une répartition équilibrée des bénéfices, d'une participation proportionnelle aux revenus y compris des plus fortunés ?

En témoigne aussi tous ceux qui pensent détenir le monopole de la vérité théologique et qui entendent assujettir les citoyens à leurs normes religieuses, comme en témoigne la malencontreuse déclaration d'un politicien libyen qui, voulant calmer l'agitation de quelques immans, assurait que la charria sera appliquée ! Chacune des trois religions monothéistes possède ses intégristes qui se prévalent de détenir la seule vérité et, de ce fait, méprisent les autres et les vouent aux gémonies infernales !

L'ouverture et le respect des différences n'est pas au rendez-vous de notre début de siècle. Le penser du 21° siècle ne devrait-il pas être la recherche d'une justice répartitive des biens et des ressources, des richesses naturelles et des produits des fantastiques possibilités qu'offrent les technologies nouvelles? Au lieu de penser à abandonner l'Euro par égoïsme, ne devrait-on pas plutôt rêver d'une monnaie universelle qui faciliterait la solidarité internationale ? Le concret de certaines perspectives frileuses et égoïstes me déplaisent. Toute pensée unique engendre un totalitarisme et bafoue les libertés.

Je crois en la vertu du dialogue. Je rêve peut-être. Je n'oblige personne à rêver avec moi !

Jean Bisson – 29 10 2011 

Partager cet article

Repost 0

commentaires