26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 00:01
Le père Samir Khalil Samir, Jésuite spécialiste de l'islam, professeur d'histoire de culture arabe et d'islamologie à l'université privée Saint-Joseph de Beyrouth, a donné son point de vue sur les ondes de Radio Vatican et ses propos ont été diffusés par l’Agence Zénith.  J’en résume ce que j’ai retenu.
L'importance d'Internet et des réseaux sociaux a été essentielle dans le déclenchement de ce mouvement. Les populations arabes sont lasses des règnes ou des républiques qui durent depuis des décennies, qui ne laissent pas d’espace à la démocratie, à la liberté, à l'égalité, au choix des politiques, à une économie qui respecte l’homme.
Désormais lancé, cette dynamique ne peut plus être arrêtée : la mondialisation des idées, des désirs, des attentes, des informations et des photos est paratagée en temps réel via les réseaux mondiaux  facebook,  twitter, etc.
L’Occident est surpris. Les politiciens hésitent et se montrent prudents, attendant de savoir comment tourneront  les choses et qui prendra la tête de ces mouvements. Une peur est perceptible : ces mouvements peuvent-ils être favorables aux extrémismes musulmans ?

Le père Samir  pense que cette hypothèse n’est guère possible : parce que cette révolution vise tout ce qui nous accable et musèle la liberté. Si 90 % de la population se dit musulmane et pratiquante, une large majorité des gens ne veut pas être musulmane à la manière islamique de tel ou tel groupe. Les Musulmans de 2011 souhaitent que chacun suive sa propre conscience.

 L'Occident peut-il aider cette «révolution» ? Oui, mais sans intervenir directement, car toute ingérence dans les affaires locales serait insupportable.  Encourager la démocratie, la justice, le respect des différences, la liberté de culte : bref l'Occident peut soutenir l’avènement et la mise en place de tous les ingrédients qui fondent une société moderne et juste, choisie par les citoyens.

Comment ne pas souscrire à cette analyse, lucide et apaisante ?

Pour ma part, je verrai très opportun de faciliter l'entrée de la Turquie dans l'orbite européenne, car il ne faut pas oublier que c'est le premier pays musulman à s'être doté d'une constitution laîque !

Jean Bisson – 26 02 20011

Partager cet article

Repost 0

commentaires