12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 23:00
Prévu depuis quelques mois, Khartoum n'est plus la capitale du "grand Soudan". Officiellement le "Sud-Soudan" est désormais indépendant. C'était la seule solution capable de mettre fin à des années de guerres douloureuses, entre le Nord musulman et le Sud à majorité chrétienne.

Le Sud dispose des gisements pétroliers. Mais toute la commercialisation passe par le Nord. La manne pétrolière sera donc obligatoirement partagée. Chacun utilisera librement sa part du pactole. Politiquement, la solution paraît sage.

Mais la partition n'est pas sans poser de nombreux problèmes. Économiquement et humainement, les deux pays devront harmoniser leurs différences pour ne pas rendre infernale la vie des populations. La paix, indispensable au progrès, doit passer par une réconciliation, par le respect des droits, et, surtout par une réelle liberté religieuse. C'est un ordre socio-politique nouveau qu'il faut promouvoir entre les deux nouvelles nations. Se tourner vers un avenir harmonieux n'est pas si facile lorsque le contentieux d'un douloureux passé est encore quotidien.

Jean Bisson – 13 07 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires