22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 23:01

Suivre le Christ et porter sa croix, c'est, sans plus attendre, vivre en frère avec tous ceux qui sont autour de nous, avec tous ceux que nous rencontrons. C'est les aborder en frères et les respecter, même ceux qui s'opposent à nous, à nos idées, à nos choix, à notre liberté et à notre dignité. Supporter, sans mépris ni condamnation, ceux qui nous font obstacle. C'est chercher avec obstination le dialogue qui conduit à la paix.

Suivre le Christ, c'est se contenter d'avoir de quoi se nourrir, se vêtir et se loger. C'est partager ce que l'on possède avec ceux qui sont dans le besoin ou le malheur. C'est refuser de tomber dans les pièges des superflus terrestres, dans l'accumulation des richesses matérielles et des privilèges... C'est éviter de sombrer dans les désirs insatiables et vains. C'est, bien sûr, partager avec ceux qui manquent de tout.

Suivre le Christ, c'est - pour un croyant - se réjouir de croire en Dieu, c'est espérer un à-venir meilleur et s'engager concrètement dans sa construction. Dès maintenant et là où il vit.

Suivre le Christ, c'est s'engager dans le dialogue inter-religieux, non pour convertir, mais pour vivre de la foi même de Jésus-Christ, fils de Marie, de la Maison de David, et descendant spirituel des Prophètes, de Moïse, d'Abraham, de Noé et d'Adam (1); vivre notre foi de Chrétiens aux côtés de nos frères Juifs et de nos frères Musulmans. C'est se reconnaître, à travers cette lignée symbolique et biblique, tous fils du Dieu unique.

Suivre le Christ, c'est un chemin de vie qui n'est proposable qu'à ceux qui croient en Dieu, et qu'à ceux qui admettent l'enseignement de Jésus, à travers la Bible. Et sans doute à ceux qui acceptent que ce chemin - pour moi privilégié – ne soit ni une exclusivité absolue, ni une vérité scientifique. Dieu a voulu que des Juifs, contemporains de Jésus, refusent de le reconnaître et même que leurs chefs religieux exigent sa mort. Dieu a permis qu'un troisième monothéisme s'implante dans le monde et y prospère depuis le 7ième siècle.

Suivre le Christ, c'est souffrir de cette division des Fils d'Abraham, une division qui est entretenue par notre peur, par notre manque de foi ou de confiance, mais c'est aussi, par delà les oppositions interreligieuses, respecter toujours la spécificité de chaque branche de cette filiation spirituelle. L'épreuve que Dieu nous impose, à tous, c'est de respecter le chemin de foi des autres.

Jean Bisson – 23 10 2011

1- Il s'agit là non d'une « certitude » scientifique, mais de l'adhésion à un récit mythique écrit et transmis pour exprimer poétiquement la relation que le croyant peut nouer avec le Dieu d'Abraham...

Partager cet article

Repost 0

commentaires