10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 00:01

La paix reste, même aujourd'hui, précaire. C'est pourtant l'état auquel chacun devrait aspirer.

La ligue arabe a fait connaître officiellement sa position sur le drame qui se joue en Syrie depuis plusieurs mois. Cette autorité exige l'arrêt des répressions, la libération des prisonniers politiques, le retour des militaires dans leurs casernes, le respect de la liberté de la presse, le libre accès des journalistes étrangers et leur protection sur tout le territoire syrien.

Les enjeux d'une paix au Proche-Orient sont liés à l'équilibre politique de toute la région. Dans la balance, il y a aussi l'existence de l’État souverain d'Israël, comme s'impose la reconnaissance par la Nation juive, d'un État palestinien souverain. Mais il y a aussi la présence de l'Iran qui, si l'on accepte de ne pas faire l'autruche, est à la veille de maîtriser la technologie de l'arme atomique.

La cohabitation pacifique est-elle possible ? C'est là toute la question. Ce qui joue en faveur de la paix doit être soutenu. Tout ce qui est politiquement incorrect doit être dénoncé et pacifiquement combattu. C'est seulement dans le respect mutuel, ce qui exclut l'exclusion de l'autre, ce qui exige le respect des différences, ce qui impose l'application du droit international et l'acceptation de la démocratie, que fleurira enfin la paix sur l'ensemble du Moyen-Orient ! Et dès que la paix sera réellement assurée, s'ouvrira une ère de grande prospérité. L'héritage d'Abraham exige que ses héritiers acceptent de vivre ensemble sur cette terre à tous leurs yeux sacrée !

Mais si les armes devaient être le recours, alors ce serait risquer l'apocalypse. Et c'est peut-être celà que redoutent ou entrevoient ceux qui prédisent la fin d'un monde pour le 12 12 2012...

Jean Bisson – 10 11 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires