26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 23:00

Poursuivant mon approche de la théologie coranique, le livre saint de l'Islam affirme que la grandeur de Dieu ne découle pas seulement de sa toute puissance mais d'abord de sa condition d'altérité. Sa différence est d'une telle fulgurance qu'aucun humain ne peut le voir sans mourir. Et cette grandeur, Dieu ne la partage pas : Il est l'Unique, le Très Haut,  le Tout-Autre.

"Dieu sait ce qui est, dans les cieux et sur la terre. Il sait ce que vous celez et ce que vous divulguez. Il connait bien les pensées des cœurs." (Coran 64, 4) Cette idée revient souvent dans le Coran, soulignant donc la nécessaire loyauté intérieure du croyant.

Sa proximité des pauvres est également un aspect de Dieu à qui l'on prête cette parole: "Les pauvres sont ma famille, les riches sont mes intendants; pourvoyez, ô mes intendants, aux besoins de ma famille". 

Par dessus tout, Dieu est "le Vivant". "De même que Nous avons créé l'homme une première fois, ainsi Nous le ferons resurgir. Promesse qui Nous incombe. Nous le ferons." (Coran 21, 104) Les Musulmans croient donc en la résurrection; ils accréditent que, parmi les Prophètes, seul Jésus est resté vivant, hors du temps, et qu'il reviendra pour présider au "Jugement dernier", rassemblement de toute l'humanité où chaque "Juste" recevra la récompense méritée par ses œuvres. "Nous poserons des balances justes au Jour de la Résurrection et nulle âme ne sera lésée en la moindre chose" (Coran,  21, 47).

Ainsi la théologie islamique peut paraître assez proche de la pensée chrétienne! Une difficulté  cependant surgit: cette interprétation est celle d'un Islam modéré, moderne et tolérant. Or, l'Islam n'a pas de hiérarchie religieuse universelle et il appartient donc à chaque croyant de s'instruire auprès d'un "maître spirituel". Selon l'origine du maître, selon les traditions dont il est imprégné, des divergences profondes d'interprétation peuvent apparaître.

C'est pourquoi, les pays comme la France où s'étoffe une population islamique croissante et dynamique, il importe de favoriser la formation d'Imams dans l'Héxagone - et cela se fait heureusement de plus en plus - plutôt que de voir venir des imams formés à l'étranger et peu familiers aux valeurs de la République française !

Jean Bisson - 27 04 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires