3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 23:01

Dernier volet de cette très brève esquisse théologique de la foi coranique.

Le livre saint de l'Islam met m'accent sur un Dieu-Vivant, qui existe et demeure de toute éternité. Sa vie, éternelle, est sans début ni achèvement, Dieu l'a communiquée à l'homme, sa créature terrestre et mortelle; mais s'Il est Celui qui fait vivre et mourir, Il est aussi Celui qui ressuscitera toute la race humaine au Jour du Jugement. C'est là que chacun sera jugé et récompensé ou non, selon les "œuvres" de sa vie terrestre (Coran sourate 21, versets 47 et 104 et sourate 41, verset 39).

Les Musulmans accréditent que, parmi les Prophètes antérieurs à Mahomet, seul Jésus est demeuré vivant, et, enlevé au ciel comme le fut Mahomet, Jésus est le seul à y demeurer jusqu'à son retour pour présider le Jugement dernier.

Dieu enfin est aux regards du Coran le "Miséricordieux": "Ne désespérez point de la Miséricorde de Dieu! Dieu pardonne les péchés en totalité. Il est l'Absoluteur, le Miséricordieux." (Coran Sourate  39, verset 53).

Bien des mystiques islamiques se retrouvent dans cette intercession de l'un deux, texte d'ailleurs très proche de certains Psaumes bibliques: "Mon Dieu, comment serai-je déçu alors que Tu es mon espérance, Comment serai-je méprisé alors que je m'abandonne à Toi?".

Cette grande miséricorde divine, les Chrétiens l'appellent l'Amour. Et le plus grand amour, dans la même symbolique que le sacrifice heureusement arrêté d'Isaac par Abraham, c'est le sacrifice de Jésus sur la Croix "en rémission des péchés de l'humanité". Mais sur ce point divergent les certitudes! Pour les Musulmans, Jésus n'est pas mort crucifié, alors que pour ses disciples il est réellement "mort et ressuscité", Vivant auprès du Père.

Jean Bisson - 04 05 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires