12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 00:00
L'ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture) rappelle chaque année la situation mondiale : « Plus de la moitié des Etats membres de l'ONU recourent à la torture. (…) « Du supplice américain de la baignoire (waterboarding) aux coups de bâton sur la plante des pieds (falaqa) dans les pays arabes, la torture est une pratique endémique et régulière dans le monde, (…) de l'Érythrée où se pratique le supplice de la crucifixion, désigné sous l'appellation ‘Jésus Christ', à l'Ouzbékistan où est pratiquée la nouvelle méthode de lavement forcé à l'eau et au piment ... » Telles sont des exemples de pratiques qui ont cours dans plus de 22 pays des 5 continents que cette OPNG passe en revue.

En Afrique (Mauritanie, Soudan, Zimbabwe, Éthiopie, Érythrée, Guinée équatoriale, République démocratique du Congo),  les régimes érigent la torture en système d'enquête et de répression au service de l'appareil sécuritaire. En Amérique latine on recourt à des méthodes violentes au sein des forces de l'ordre.

Certaines législations anti-terroristes recourent à la torture, c'est le cas en Tunisie. En Chine, en Iran, la torture a souvent pour objectif d'obtenir des aveux en vue d'un procès. Enfin, certaines démocraties occidentales sont également montrées du doigt comme l'Espagne où l'ACAT déplore un régime de détention « incommunicado » (lorsqu'un prisonnier n'est pas autorisé à communiquer avec des personnes extérieures à son lieu de détention), qui entraîne un risque de mauvais traitements ; et même la France est épinglée pour sa politique pénale privilégiant l'adoption de lois répressives et pour sa surpopulation carcérale.

N'est-il pas triste d'en être encore là dans le non respect des droits de chacun au respect et à la dignité ?

Jean Bisson 12 12 2010

Partager cet article

Repost 0

commentaires