20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 23:01

En vacances, j’en profite pour parcourir quelques blogs. J’ai trouvé intéressant ce texte intitulé « Nicolas Sarkozy : un président qui dérange. » Une fois n’est pas coutume, je vous propose cette analyse qui récapitule bien la situation d’exaspération que ressentent les Français vis à vis du Chef de l’Etat. Le blog s’intitule : « France-humaniste-rebelle ».

 

Jean Bisson – 21 07 2011

 

« Les présidents de la république française sont plus ou moins appréciés de la population selon leur obédience politique mais aussi en fonction de la conjoncture. Des sondages réguliers estiment leur cote de popularité tout au long de leur mandat et les français commentent parfois des orientations politiques surprenantes. Généralement, la cote des présidents a des hauts et des bas mais se maintient globalement, in fine, autour de 50% de satisfaction.

 

Nicolas Sarkozy fait exception. Avec des records d’insatisfaction, Nicolas Sarkozy se démarque clairement de ses prédécesseurs. En fonction des instituts de sondages, sa cote de popularité est passée d’un maximum de 69% en 2007 (IFOP) à un minimum de 26% en 2010 (TNS-Sofres). Le meilleur minimum obtenu en 2010 est de 34% (CSA et LH2) pour un maximum de 65% en 2007 (mêmes instituts de sondage). En mai 2011, selon les chiffres de l’institut TNS-Sofres sa cote de popularité est descendue à 20%.

 

Hélas, ce n’est pas tout. En effet, depuis son élection à la présidence de la république, Nicolas Sarkozy a essuyé régulièrement des interpellations ou agressions de la part de citoyens :

En 2007, c’est un marin pêcheur du Finistère qui le menace du haut de son bateau « …si je descends, je te mets un coup de boule » ;

En 2008, c’est au salon de l’agriculture à Paris qu’un badaud lui lance « … toi tu ne me touches pas, tu me salis », ce à quoi lui répond élégamment N. Sarkozy « Alors casse toi pauv' con » ;

En 2009, c’est dans la Manche que le président est bousculé. Cette année, 2011, un conseillé municipale du Morbihan fustige vertement N. Sarkozy et,

plus récemment, le 30 juin, c’est Hermann Fuster, un employé municipal du Lot-et-Garonne, qui agresse le président.

De toute évidence, à travers la France, des gens sont excédés au point de molester le représentant de l’état. Ces comportements assez singuliers montrent à quel point le président ne laisse pas indifférant.

 

Ce dernier, d’ailleurs, n’a pas non plus, semble-t-il, de retenue à l’égard de ceux qui l’invectivent. On peu, dès lors, s’expliquer pourquoi il s’entour de tant de forces de police à chacun de ses déplacements. Bien sûr, à chaque fois que le président est molesté, des têtes tombent et les procureurs, à la botte de ce dernier, jouissent de l’occasion de pérorer en prononçant leurs fameux discours emphatiques qu’ils affectionnent tant ; à l’image de Pascal Prache qui lors de son réquisitoire contre Hermann Fuster débitait cette tirade ubuesque « En vous en prenant au président de la République, c'est un tabou qui a été brisé, celui de l'intégrité physique de celui qui est la clé de voûte des institutions» et cette affirmation pour le moins excessive «…c'est un enjeu démocratique que vous avez mis en péril ».

 

Au travers de ce que subit le chef de l’état, on comprend que le thème de l’insécurité est majeur à ses yeux. Il convient également de se rappeler ces mots surprenants que Nicolas Sarkozy avait prononcés lors de l’un de ses discours pré-électoraux : «…je vous protègerai… ». Protéger de quoi ? Et par qui ?! C’est à croire que N. Sarkozy pense que les français vivent dans la peur. Ne serait-ce pas ce qu’on appelle, en psychologie, une « projection » ?

 

D’ailleurs, il serait intéressant de savoir à quand remonte son sentiment d’insécurité, en nous rappelant le proverbe, qui veut que l’on récolte ce que l’on sème. Peut-être que des tests psychologiques nous permettraient de mieux connaître les candidats avant les élections présidentielles… mais ce serait leur faire subir un supplice, sans pour autant être garanti d’un résultat rationnel. »

 

DU BLOG : « france-humaniste-rebelle ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires