2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 23:00

A Besançon, aujourd'hui 3 juin, l'Eglise diocésaine célèbre la béatification de l'un de ses prêtres le Père Jean-Joseph Lataste. S'il est célèbre, c'est qu'il a fondé la congrégation des Dominicaines de Béthanie, lui qui fut, comme Saint Alphonse de Liguori (1), un fervent défenseur de la dignité des personnes emprisonnées.

Le 27 juin dernier, le Pape Benoît XVI avait signé le décret reconnaissant un miracle survenu en Belgique, dans le diocèse de Namur, comme dû à l’intercession du Père Lataste, ouvrant ainsi la voie à sa béatification. Un autre miracle sera nécessaire pour son éventuelle et future canonisation.

Dès le samedi 2 juin 2012, à 20 h 30, une veillée de prière aura lieu à Besançon, en la cathédrale Saint-Jean. La célébration de béatification sera présidée par le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour la cause des saints et envoyé spécial de Benoît XVI. Il sera assisté par Mgr André Lacrampe, archevêque de Besançon et par Mgr Luigi Ventura, Nonce apostolique; de nombreux autres évêques français seront aussi présents. L’homélie sera confiée au Maître de l’Ordre des Prêcheurs, le Frère Bruno Cadoré, o.p..Des Frères dominicains et des Sœurs de Béthanie viendront de toute la France et de plusieurs autres pays (2).

Jean Bisson - 03 06 2012

1- Ce saint est peu connu. Brillant avocat italien du XVI° siècle, il ne perdit jamais aucun procès jusqu'au jour où son client fut condamné; il s'aperçut que les juges avaient été corrompus. Blessé, il mit fin à sa carrière et troqua sa robe d'avocat pour la bure d'un couvent où il s'occupa dès lors de l'aumônerie des prisons. Il fut bientôt nommé prieur de son couvent, puis appelé, malgré lui, comme évêque de Naples. Il n'y resta que le temps nécessaire à ce qu'on lui trouve un successeur et termina modestement sa vie dans le couvent qui l'avait accueilli. ll fut très vite canonisé et, dès le XVIII° siècle, devint l'un des "patrons" des Missionnaires diocésains fondés par le médecin-chirurgien franc-comtois Jacques Crétenet. Dans le diocèse de Besançon, après la Révolution, les 12 Missionnaires diocésains s'installèrent à Ecole (en 1816) et y restèrent jusqu'à la disparition de leur fonction, en 1977, par décision épiscopale. 

Un vitrail de la chapelle des Missionnaires diocésains d'Ecole représente St Alphonse de Liguori. Devenue dépôt de la commission diocésaine d'art sacré, la chapelle abrite notamment plus de 800 vêtements liturgiques d'autrefois. A l'occasion de la béatification du Père Lataste, 3 chapes blanches en soie moirée, ont été sorties de la collection diocésaine entreposée à Ecole; elles seront utilisées lors de la cérémonie de béatification !

2- Les dominicaines de Béthanie résument ainsi la vie de leur fondateur: le Père Lataste est né à Cadillac sur Garonne (Gironde), le 5 septembre 1832. Très jeune, il se sent appelé au sacerdoce. Après beaucoup d’hésitations, et un combat profond, il entre en 1857 dans l’ordre dominicain.

En 1864, il est envoyé prêcher une retraite aux détenues de la prison de Cadillac: il découvre en elles les merveilleux effets de la grâce, et même, chez certaines, un réel appel à se donner à Dieu dans une vie consacrée. C’est dans cette prison, devant l’Eucharistie, qu’il reçoit l’inspiration de fonder une nouvelle famille religieuse, où toutes les sœurs, quel que soit leur passé, seraient unies dans un même amour et une même consécration, témoignant par là que pour se donner à nous, «Dieu ne regarde pas ce que nous avons été, mais ce que nous sommes», selon ses propres termes.

Deux ans plus tard il ouvre la première communauté des Dominicaines de Béthanie, sous le patronage de Sainte Marie-Madeleine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires