27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 23:01

Depuis 1973, l’Irlande et la Grande-Bretagne, suivis par tous les états européens se sont engagés dans le "moins-disant fiscal". Le but recherché étant d'attirer à soi les entreprises. Ce que vient de rappeler non sans une belle arrogance, le Premier ministre britannique en déclarant que le tapis rouge était déroulé outre-manche pour accueillir les entreprises françaises qui souhaiteraient se soustraire aux hausses d'impôts probable du gouvernement socialiste. Pourtant, ce moins-disant fiscal n'est-il pas l'une des causes essentielles de l’endettement public? L'endettement global de l'Europe reste nettement moindre que celui des USA.

Pourtant le taux d’impôt sur les bénéfices des entreprises n’est que de 25 % en moyenne en Europe contre 40 % aux Etats-Unis! Voilà la réalité du "libéralisme" américain qui se révèle être chimère. Maintenir une réduction généralisée des impositions sur les bénéfices économiques ne peut logiquement qu'être catastrophique non seulement pour l'Europe, mais pour le mode entier, y compris pour la Chine. Une récession généralisée ne fera que s'accroître dans les temps à venir.

Les gouvernants français seront-ils assez vigilants pour éviter les désastres sociaux qu'une telle crise ne manquera pas d'entraîner? Je le souhaite vivement, mais sans me faire trop d'illusions car la situation de la Grèce pourrait être contagieuse.

Jean Bisson - 28 06 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires