19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 13:30

L'attentat de ce lundi matin contre des enfants d'une école privée juive est un acte odieux. Perpétré par un assassin se déplaçant en scooter, poursuivant des victimes choisies, aujourd'hui des enfants,  il rappelle les deux attentats commis la semaine dernière contre des militaires en uniforme. Et ce pourrait bien être en effet le fait d'un même détraqué, d'une même vengeance, d'un règlement de compte idéologique. Faire payer des militaires, faire payer la communauté juive... Qui peut en vouloir à ces catégories ? On ne peut s'empêcher d'y réfléchir.

Première certitude (pour moi): c'est l'oeuvre d'un fou, d'un détraqué, d'une personne aveuglée par une haine ciblée, d'un malade mental et fanatique qui veut faire payer une souffrance ou une insulte ressentie contre ses convictions. 

Il faut rester prudent et veiller à ne pas faire éclabousser une telle attitude criminelle sur un groupe social, idéologique ou religieux. Le temps n'est pas si loin où l'Eglise priait le vendredi saint pour les "Juifs infidèles (1), afin que le Seigneur leur ôte le voile qui aveugle leur cœur et qu'ils reconnaissent à leur tour Jésus-Christ Notre Seigneur." De telles formulations ne sont-elles pas dangereuses en opposant ceux qui "croient juste" et ceux qui "croient faux", chacun étant évidemment persuadé d'appartenir à ceux qui pensent juste...

Quand de tels crimes sont commis, c'est à la Justice - garante du respect de l'ordre républicain - qui seule doit intervenir. Une société moderne doit veiller à ce qu'aucun citoyen ne se prenne pour un justicier. 

Je pense que le respect de la non-violence, que le travail spécifique de la justice institutionnelle sont des éléments de l'éducation civique indispensables et dont la responsabilité implique famille, école, et connaissance des religions. Bref c'est une question d'éducation. Ne payons-nous pas aujourd'hui le résultat des économies gouvernementales réalisées notamment sur l'éducation ?

Jean Bisson - 21 03 2012

1- En latin : "Oremus pro perfidis Judaeis..." dans la 9° intention de la prière universelle du vendredi saint selon le rituel romain d'avant Vatican II.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jonas 21/03/2012 06:47


Bonjour,


Je suis d'accord avec vous sur le comportement de l'Eglise il y a 50 ans, mais moi je vous parle d'aujourd'hui c-à-d 2012


1) Prédication publique de Muhammad Al-Arifi sur la chaîne  de TV Al-Nas Egyptienne .


" Il ne fait aucun doute que le fait de se consacrer au djihad pour Allah et la volonté de verser le sang, écraser des crânes et trancher des membres pour l'amour d'Allah et pour défendre sa
religion constituent un honneur pour le croyant.Le fait de le savoir au fond de son coeur est une marque d'honneur, même si vous ne menez pas le djihad".


 


Toujours , sur une chaîne de TV égyptienne Al-Rahma  le 6 mars 2012 et non il y a 50 ans, par  Gaharib Ramadhan:


" Les juifs sont des traires . Allah , qui les a créés, nous l'a dit. Nous devons  être résolus et remplir nos coeurs de haine et dégout. Par Allah, la haine et le dégout des juifs sont une
forme de culte. Lorsque nous incitons nos enfants à haïr les juifs, c'est une forme de culte rendu à Allah. Ils sont un peuple haï et détesté par Allah. Je veux que nos enfants  soient
élevés sur la base de cette idée. Quand je donne  un jouet  à un enfant, je lui donne une arme à feu, pas un ballon de football. Y en a marre du football.


Je lui donne un fusil et je lui dis: Tire, mais ne tire pas sur ton frère. Tire sur les juifs.


Mon cher monsieur, ce n'est pas il y a 50 ans , mais le mois de mars 2012 sur une chaîne de TV d'Etat Egyptien.


Quant à la laïcité, il est exacte que des musulmans individuellemment peuvent se réclamer de la  laïcité, mais pas collectivement.


Le roi Hassan II , qui est Amir Al Mouminime ( Commandeur des croyants)


"Je ne suis pas un chef d'Etat laïc, parce qu' a partir du moment ou on est musulman, on ne peut pas être laïc. En réalité tous les chefs d'Etat musulmans, ne sont pas des chefs d'Etat laïcs. Et
quand ils disent qu'ils veulent être laïcs, je dis qu'ils ne sont + musulmans. Car le droit musulman nous colle à la peau, que l'on veuille ou non tant sur le plan du droit public que sur le
droit privé etc.


Il n'y a pas de hierarchie dans le sunisme mais chez les chiites oui. D'ailleurs le titre d'imam est considéré comme sacré ce qui n'est pas le cas chez les sunnites pour qui l'imam est celui qui
conduit la prière.


Je ne vous donne pas mes sentiments mais ce qui est la réalité dans les pays arabo-musulmans. Est-ce qu'il vous arrive de penser une seconde pourquoi les pays arabo-musulmans se vident de leurs
 chrétiens? 


 

Jonas 19/03/2012 19:49


Bonsoir 


Je suis d'accord avec vous sur votre première partie. Mais je ne vois pas le rapport du comportement de l'Eglise d' autrefois avec ce qui se passe actuellement , non pas en France mais ailleurs
 Faut-il rappeler constamment les erreurs de l'Eglise chrétienne pour excuser les crimes commis par les tenants d'une autre Eglise ?


Depuis Vatican II , je pense que l'Eglise n'a pas à rougir. Jean-Paul II  comme le pape actuel sont admirables et ne manquent  jamais de rappeler le message de paix et de charité du
Christ. Pas de confusion.


Personne ne sais encore qui est le criminel donc il faut rester calme et rien ne sert de rappeler le passé de l'Eglise.


 


 

JeB 20/03/2012 22:35



Bonsoir !


Je conçois que vous ne soyez pas d’accord avec ma façon de ressentir certains problèmes. L’Eglise a heureusement évoluée, et je m’en suis réjouis. Mais je ne veux pas ignorer qu’il y a 50
ans, l’Eglise était dans l’arrogance en traitant globalement tous les Juifs de “perfidis judaeis”...


Je connais des Juifs intelligents, sincères et justes, sns une once de perfidie... Comme je fréquente des Musulmans ouverts et respectueux de la laïcité française!


Historiquement, il a fallu un Concile pour que l’Eglise évolue. L’Islam, ni le Judaïsme ne disposent d’un organisme central qui puisse donner la même impulsion réformatrice. C’est sans
doute une raison des divergences internes qui divisent en courants ces autres religions abrahamiques.


J. B.