25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 00:01

Il n'y a pas qu'en Syrie que règne une aveugle violence. Dans ce pays de la plus ancienne tradition chrétienne, aujourd'hui plus que jamais les Chrétiens vivent dans la peur car ils ont soutenu jusqu'alors le gouvernement qui, minoritaire parmi les Musulmans (1), s'appuyait sur cette population.

Au Sénégal, la violence remplit les rues de la capitale pour s'opposer à la réélection du Président, un homme de plus de 80 ans qui s'accroche pour un troisième mandat légalement non constitutionnel !

 

Dans notre département de la Réunion, une si belle région de France, dans l'autre hémisphère, depuis quatre nuits,  incendies, saccages de bâtiments publics, pillages de magasin agitent l'ile. La population est pauvre, le chomage est très important et les prix se sont envolés : essence et nourriture sont nettement plus cher qu'en métropole. Les pauvres n'ont rien à perdre, sinon la vie ! C'est la révolte du désespoir, et la conséquence de l'injustice sociale.

 

Pourquoi faut-il attendre la violence et les blessures, voire les morts qu'elle entraîne ? Pourquoi les responsables ne sont-ils pas capables de sentir monter les colères, les injustices, les humiliations des peuples qu'ils sont censés diriger, éduquer, aider à trouver du travail, veiller à les loger décemment, offrir une perspective d'avenir et de dignité ?

 

Pourquoi les hommes politiques, si attachés à leurs propres carrières, sont-ils capables de toutes les promesses quand ils sont en campagne électorale, et deviennent amnésiques dès qu'ils sont élus?   L'ennemi à combattre n'est-il pas l'injustice sociale, l'oppression, le manque de dignité, et la violence à proscrire aussi bien dans les actes qu'à travers nos paroles?

Jean Bisson - 25 02 2012    

1- Le pouvoir syrien est aux mains du groupe "alaouite" tandis que la majorité de la population est de tradition "chiite". (J'expliquerai ces différences dans mes prochains articles du mardi sur l'Islam...)

Partager cet article

Repost 0

commentaires