21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 17:39

C'était, avant-hier, le 19 juin, la Journée mondiale des réfugiés. Trois causes essentielles conduisent des familles à s'expatrier : la religion qu’elles professent, ou leur appartenance à un groupe ethnique, ou leurs idées politiques. Et je lis aujourd'hui le message que le Pape a fait adresser aux Chrétiens à cette occasion. Il souligne le danger principal que rencontrent les nombreux Réfugiés dans la situation où ils se trouvent, dans le dépaysement qui s'est imposé à eux et qui les contraint à rapidement assimiler une langue nouvelle et à s'habituer à des coutumes locales différentes. L'environnement linguistique devient la première des difficultés à surmonter. Ils ont abandonné tous leurs biens dans un départ rapide et discret. De l'accueil qu'ils reçoivent dépendra souvent leur adaptation. Une langue et une culture étrangères ne sont jamais faciles ni immédiates à acquérir.

Ce que j'ai aimé dans le message papal, c'est la similitude entre l'état de Réfugié et le « Visage du Christ », image du Dieu qui s'est risqué dans notre humanité pour s'y présenter et pour nous parler.

Jean Bisson - 22 09 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires