30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 17:16

  1. Le Pape François 1er, dans son homélie du jeudi 23 mai dernier (1), a développé le sens chrétien du "sel de la terre". Le sel est une substance dont l'homme, depuis l'antiquité, utilise le pouvoir dans le quotidien de toutes ses cuisines et, aussi pour la conservation des aliments. Nous aurions bien du mal à manger la plupart de nos plats sans le sel qui en relève le goût et met en relief leurs saveurs. Mais quand le sel "reste dans son bocal" il ne sert à rien".

  2. C'est pourquoi le Pape a repris cette image pour l'appliquer aux Chrétiens appelés à être "sel de la terre". Si les Chrétiens ne rencontrent pas les autres, ne leur parlent pas, s'ils ne sont pas "sel de cette terre", les incroyants ne découvriront jamais le Dieu qui les attend. Ce sel est l'essence même de la foi, de l'espérance et de la charité car il nait du don de ces trois vertus théologales. Il symbolise que Jésus, dans sa résurrection, est venu sauvé les "justes". Pour le Pape, l'originalité chrétienne est que toute personne, par le baptême, reçoit dans sa spécificité, dans sa personnalité et sa propre culture, sans les effacer, la richesse de la foi. Et ce nouvel éclairage donne une saveur nouvelle à notre vie.

  3. Dans la vie chrétienne, a poursuivi le Saint-Père, "chacun reste ce qu'il est, chacun est distinct de l'autre", mais "le sel chrétien fait ressortir les qualités de chacun". Le sel sert "à donner du goût" et lorsqu'il est "bien utilisé, on ne sent pas le goût du sel" car "la saveur du sel" non seulement n'altère pas "la saveur du repas", mais au con traire, il la met en valeur. Dans l'originalité chrétienne, "chacun reste ce qu'il est, chacun reste distinct des autres". Le sel chrétien est ce qui "fait ressortir les qualités de chaque baptisé!"

  4. Et le Pape de conclure que l'originalité chrétienne est de recevoir ce sel chacun dans sa personnalité, avec ses propres caractéristiques, dans sa culture, sans rien effacer, car les différences sont une richesse, mais en donnant quelque chose de plus : la saveur. Puissent, dans notre monde, les Chrétiens être effectivement des porteurs de sel !

  5. Jean Bisson - 30 05 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires