29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 15:49

Tous les mots ont une origine et expriment un sens précis. Mariage en fait partie. Or "se marier" représentait, depuis l'antiquité, la libre union d'un homme et d'une femme, désirant vivre ensemble et élever les enfants qui pouvaient naitre de leur couple.

Depuis toujours, certains hommes et certaines femmes, de tendances sexuelles différentes, ont préféré laisser libre cours à leurs penchants naturels qui les a poussés à l'homosexualité. Autrefois les homosexuels se cachaient. Aujourd'hui, homosexuels et homosexuelles revendiquent leur reconnaissance publique. C'est leur droit. Ils ont raison de vouloir être publiquement respectés et de bénéficier des droits publics dans le respect de leur goût. Autrefois en marge de la société classique, ils veulent désormais vivre librement et être acceptés tels qu'ils sont. Je comprends leur besoin. Et j'ai toujours été d'accord pour que ces nouvelles unions disposent des mêmes droits que les couples traditionnels.

Reste que le terme "Mariage" a un sens qui, depuis toujours indique l'union traditionnelle d'un homme et d'une femme qui devient son épouse. Ce couple, reconnu administrativement, est appelé à mettre au monde des enfants et à les éduquer. L'homosexualité ne permet pas aux deux partenaires de procréer. Fallait-il tout de même utiliser le terme de "mariage" dans les nouvelles unions unisexuelles? Je ne le pense pas. J'aurais préféré que le mariage reste ce qu'il était, dans sa définition primitive. On pouvait accorder les mêmes droits aux homosexuels des deux sexes, mais en créant le mot nouveau qui correspondait à ce choix nouveau. Il y aurait eu, à coté du "registre des mariages" un nouveau registre pour les "unions homosexuelles". Il suffisait de lui trouver un nom du genre "registre des Compagnonnages".

Quand on crée une nouvelle catégorie, on la nomme avec soin. Et l'on aurait évité bien des querelles en ouvrant simplement ce nouveau "registre" pour y inscrire ces unions nouvelles. Le droit de chacun aurait été respecté sans que personne n'ait à se plaindre ni à se battre !

Jean Bisson - 29 05 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires