21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 00:00

Mariage est un mot qui a un sens historique. Il désigne l'union d'un homme et d'une femme; il crée un couple ouvrant à avoir une descendance légale. Les enfants connaîtront leur mère et leur père.

Je comprends qu'aujourd'hui des hommes homosexuels et des femmes homosexuelles désirent vivre ensemble et être socialement reconnus. Je ne leur conteste pas ce besoin. Mais c'est une situation qui ne correspond pas à la définition du mariage.

Cette réalité nouvelle propre à l'homosexualité, il faut lui créer un mot nouveau qui désigne cette nouvelle situation. Il faut peut-être même envisager que cette famille puisse adopter un ou des enfants. Bien sûr une famille d'hommes homosexuels peut adopter. Mais une famille de femmes homosexuelles, pourraient avoir des enfants de père unique ou différents, extérieurs à leur binôme. Ce qui complique singulièrement la situation car ces enfants pourraient ne jamais savoir qui était leur propre père génétique.

Par ailleurs, comment interdire à une femme de se faire féconder lors d'une rencontre sexuelle ou se faire féconder par du sperme acheté. Cet enfant, né dans un anonymat paternel, peut créer un vide génétique qui, le suivant, peut altérer sa personnalité. Pour cette raison, je suis défavorable à de telles conceptions. 

Jean Bisson - 21 03 2013

Repost 0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 00:01

Deux ans après le début de la révolution syrienne, la Syrie reste dans une tragédie sanglante : plus de 70.000 morts,  et près d'un million de réfugiés. Quelles forces politiques demeurent actuellement pouvoir mettre  en route une reprise du dialogue? Tenter de rétablir la paix dans la société syrienne est incontournable et très urgent.

John Kerry, chef de la diplomatie américaine, tente d'ouvrir des négociations entre le président Assad et l'opposition syrienne. La diplomatie russe va dans le même sens. Il est évident que la paix ne pourra être rétablie qu'en acceptant le dialogue et en recherchant les possibilités d'établir une nouveau régime.

Les crimes de ce conflit ne devront pas être oubliés. Une paix sociale devra être décrétée dans la justice et pour permettre une liberté politique capable de construire une Syrie où chaque camp puisse vivre et être représenté. Bref, il faut souhaiter à ce peuple d'avoir la sagesse de se donner des structures politiques modernes où chacun peut faire entendre sa voix et accepte de s'allier pour construire une démocratie, seul moyen de rétablir la paix.

La Syrie mérite de refleurir et son peuple doit s'imposer le respect politique d'une alliance nationale. 

Jean BISSON - 16 03 2013

Repost 0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 23:01

Le Boko Haram (1) exerce sur le Nigéria une pression devenue intolérable. C'est un mouvement d'extrémistes religieux qui, depuis des mois, s'attaque non seulement aux Chrétiens, mais aussi aux Musulmans. "Boko Haram représente une menace pour tous et non seulement pour nous chrétiens" affirme Mgr Onaiyekan, qui poursuit " Nous devons nous rendre compte que nous sommes face à un groupe de criminels que nous tous, nigérians, chrétiens et musulmans, devons affronter ensemble".

Boko Haram sème la violence surtout dans le nord-est où la population est en grande partie musulmane : la secte attaque marchés, bureaux de l’Etat, commissariats de police et même l’armée.

Le Président du Nigéria étant un Chrétien, ce pourrait être aussi une raison politique de le renverser et de viser une récupération du pouvoir au profit de cette mouvance intrigante et prête à toute violence au nom de sa foi!

Les troubles sont profonds et la peur s'est installée dans l'ensemble du pays. Pourtant le Boko Haram ne représente pas la communauté islamique nigériane. C’est ce qu'il faut faire comprendre et répéter au monde. Musulmans et Chrétiens doivent s'opposer ensemble à cette secte que condamnent  son extrémisme et sa violence.

Jean Bisson - 27 08 2012

1- "Boko Haram" est difficile à traduire. Il s'agit d'un groupe de radicaux islamistes, qui s'inspirent certes de la charia islamique, mais qui semblent aussi utiliser gris-gris et magie. L'ONU leur reconnait des liens avec l'Aqmi qui sévit actuellement dans le Nord du Mali.

Repost 0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 23:01

Le Ghanéen Koffi Annan a tout tenté pour dénouer le drame syrien, reconnaissant son impuissance, il a décidé de démissionner de ses responsabilités onusiennes. L'Algérien Lakhdar Brahimi (1), nouveau Médiateur des Nations Unies et de la Ligue arabe en Syrie, vient d'être désigné pour assurer ce lourd héritage.

Le nouveau Médiateur ne prendra ses fonctions que début septembre. Il sait que les conditions qui l'attendent seront très délicates, mais il a déclaré qu'il ferait "tout son possible et de son mieux". Il était reçu à l'Elysée,hier après-midi, pour une conversation avec le Président Hollande.

Il faut souhaiter à ce négociateur d'accéder à une solution diplomatique concrète qui respecte les composantes du peuple de Syrie, qui calme les tensions profondes nées de conflit et qui ont gagné les pays riverains, de la Turquie au Liban et à la Jordanie, tensions qui mettent aussi en jeu l'équilibre entre Israël-Egypte et Israël-Iran...

Le retour à la paix est la seule issue. Le faire entendre à des sourds reste le miracle à accomplir.

Jean Bisson - 21 08 2012

1- Lakhdar Brahimi, Algérien de 78 ans, a une longue carrière diplomatique. Cet ancien Ministre des Affaires étrangères, fut émissaire de l'ONU en Afghanistan, puis en Irak. Diverses missions diplomatiques l'ont aussi conduit, toujours nommé par l'ONU, en République démocratique du Congo, au Yémen, au Liberia. 

Repost 0
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 23:01

Au Nigeria, chaque dimanche, les Chrétiens qui se rendent à l'église ne savent pas s’ils reviendront chez eux! Depuis le début de cette année, le fondamentalisme islamique a tué plus de 800 personnes, dont 150 Chrétiens. L'Observatoire italien de la liberté religieuse a récemment enquêté auprès des Nigérians; il en ressort que 70% des personnes interrogées sont convaincues que le dialogue interreligieux reste la voie nécessaire pour sortir de la violence.

Des programmes de formation pour fonctionnaires administratifs, pour forces de l’ordre, pour les fonctionnaires de police et pour les gardes de frontières sont en cours au Nigeria; ces formations sont organisées avec l'aide de l’Observatoire de la liberté religieuse du ministère italien des Affaires étrangères et la Ville de Rome.

Mais les responsable Nigérians sont conscients de l'importance des facteurs extérieurs. La régionalisation des conflits est aussi la conséquence de la présence d'importants foyers terroristes qui évoluent dans des zones échappant au contrôle des Etats riverains : la moitié de la Somalie et le Nord du Mali, la région de Gao...  Ces zones contrôlées par Al-Qaïda, où les terroristes vont s'entrainer, se former, se fournir en carburant et en armes et retournent se cacher après leurs raids criminels...

Si le dialogue interreligieux est un maillon local incontournable, il n'aboutira à rien de concret si l'on de traite pas "les facteurs extérieurs"... Et par expérience, les pays africains ne possèdent pas les infra-structures militaires pour engager la poursuite des terroristes des déserts. Seuls l'ONU et quelques grands pays (USA, pays d'Europe, Chine et Russie, Japon...) pourraient s'engager, au moins en fournissant matériel, financement et avant tout l'indispensable soutien moral...

Partisans de la liberté religieuse et du droit de tout être humain à vivre dans la dignité, nous ne sommes pas au bout de notre combat ! 

Jean Bisson - 18 08 2012 

Repost 0
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 10:36

A Damas et à Alep, les chrétiens sont terrorisés. C'est ce que confirme Mgr Antoine Audo, jésuite et évêque chaldéen d’Alep.

Dans un entretien à Eglise en Détresse (AED), le prélat fait part de sa grande crainte de voir se répéter la catastrophe d’Homs quand le quartier chrétien, au printemps dernier, a été bombardé, obligeant plus de 120.000 chrétiens à un exode massif et précipité. Dans cette situation d’anarchie, l'évêque redoute que des personnes armées fassent irruption dans les secteurs chrétiens, comme cela a été le cas à Homs.

Interrogé sur les raisons de ces violences contre les chrétiens, l’évêque explique que les causes de ces menaces antichrétiennes sont compliquées, et qu'il n'est pas en mesure de fournir des raisons claires de cette hostilité des rebelles à leur encontre. L’évêque avoue avoir subi des pressions pour se déclarer tant en faveur du régime que des rebelles. Et il ajoute  avoir toujours répondu être du côté du pays, de son unité et de la paix. Mais il est certain, pour lui, que si des hommes armés entraient dans le quartier chrétien, les conséquences seraient terribles.

Dans les conflits entre partis politiques, entre communautés musulmanes de traditions concurrentes, les Chrétiens, toujours minoritaires, pris entre les blocs antagonistes, risquent de faire les frais, quel que soit le gagnant... Pourtant, historiquement, les Chrétiens sont les plus anciens croyants et citoyens de ce pays, issus du premier groupe des disciples de Jésus ! 

Dieu peut-il abandonner les Chrétiens?  Dieu ne se mêle pas des injustices et des crimes que commettent les hommes entre eux. Il n'est pas intervenu dans l'abominable shoah... Il n'intervient pas quand des fous tuent des innocents. Ce détachement est incompréhensible pour nombre de croyants ! L'homme a voulu sa liberté. Ne doit-il pas en assurer seul les conséquances, bonnes et mauvaises ?

Jean Bisson - 11 08 2012

Repost 0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 23:01

La Turquie, ce grand pays musulman qui rêve de s'intégrer à l'Europe, troque son or pour du pétrole iranien. Depuis quatre mois, 6 tonnes de métal jaune ont ainsi enrichi le trésor iranien. A quoi l'Iran utilisera-t-elle cette manne?  Cet autre grand pays musulman a-t-il les moyens de se défendre d'une éventuelle attaque nucléaire de son presque voisin israélien?

Il ne faut rien dramatiser, ni voir tout en noir ! Mais l'or ne devrait pas donner, moralement, le pouvoir d'acheter ou de corrompre les consciences, ni de s'arroger tous les droits !

Jean Bisson - 05 08 2012

Repost 0
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 23:01

Tandis que des combats sans pitié opposent insurgés à l'armée légale - du moins ce qu'il en reste, mais redoutablement équipée par le puissant soutien logistique de la Russie - tandis que les populations civiles supportent les tragiques conséquences des violences et des privations, à défaut de savoir quand, on peut échafauder les conséquences de la chute du régime de Béchir Al Assad. Car jamais les chars, avions et hélicoptères, non jamais les techniques de mort ne triompheront de la détermination d'un peuple. Même si ce peuple est loin d'être uni.

Il faudra se souvenir que la France et les USA ont appuyé l'ONU pour favoriser le départ pacifique du dictateur. Il faudra ne pas oublier que cette solution aurait évité des milliers de morts parmi les civils, aurait épargné tant de blessés, tant de destructions ! La responsabilité russe et chinoise restera dans les annales de l'histoire.

La France, depuis des lustres; entretenait des relations privilégiées avec la Syrie. Au côté du Président Sarkozy qui l'avait créée, le Président syrien était Vice-Président de l'Union pour la Méditerranée !

Mais les combats actuels peuvent durer encore longtemps. Les communautés minoritaires, notamment les Chrétiens (1), ont peur pour leur avenir. Après de tels affrontements, les règlements de compte sont inévitables. Plus tard adviendra le dénouement de ce conflit, plus lourdes en seront les séquelles.

Jean Bisson - 31 07 2012 

1- Les Chrétiens syriens, l'une des plus anciennes communautés chrétiennes, avaient été rejoints par près de 100 000 Chrétiens irakiens qui s'étaient réfugiés en Syrie durant la guerre qui mit fin à la dictature de Saddam Hussein.

 

Repost 0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 23:01

A l'occasion du premier anniversaire de l'indépendance du Soudan du Sud, le 9 juillet dernier, Mgr Paulino Lukudu Loro, archevêque catholique de Juba, et Mgr Daniel Deng Bul, archevêque épiscopalien de Juba et Primat de l'Eglise épiscopalienne du Soudan, ont publié un communiqué commun analysant, de leur point de vue, la situation critique des deux Soudan.

Ils refusent "la guerre comme option pour résoudre les disputes et font appel à toutes les parties en cause afin qu'elles respectent le cessez-le-feu et retirent leurs forces de la région frontalière".

L’agence vaticane Fides qui rapporte cette intervention note leur regret de constater que "des citoyens originaires du nouvel Etat aient été expulsés par Khartoum, et dénoncent les attaques qui ont pris pour cible des édifices chrétiens au Soudan." Ils déplorent  "la détérioration des relations entre le Soudan et le Soudan du Sud, les conflits interethniques au Soudan du Sud et des trois guerres civiles encore en cours au Darfour, dans le Sud Kordofan et dans le Nil Bleu."

Les archevêques soulignent que "le pétrole est une ressource donnée par Dieu qui doit bénéficier aux deux pays" et demandent "un accord basé sur des normes internationales en vue du transport du pétrole brut et de la reconnaissance des dommages causés par la situation d'impasse actuelle aux populations des deux Etats."

Ces responsables religieux dénoncent enfin la corruption interne, les tensions ethniques et les oppositions stériles avec les Etats voisins.

Pour ces autorités chrétiennes, il est courageux de prendre aussi clairement position pour poser les questions qui empoisonnent cette région africaine. Que leurs suggestions et leur sagesse servent à l'avènement d'un avenir juste et serin !

Jean Bisson - 29 07 2012 (d'après une  information de l'Agence "Fides")

Repost 0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 23:01

A Addis Abeba, début juillet, s'est tenu le 19ème Sommet de l'Union africaine. Parmi les décisions je relève 4 points importants :

1- L'Union Africaine et ses États-membres, en particulier le Tchad, ont exprimé leur solidarité avec le Mali. Ils encouragent la  consolidation des institutions et appuient une commission internationale d'enquête sur l'agression contre le président Traoré. L'objectif est de rétablir pacifiquement l'unité malienne et l'intégrité territoriale du pays. Un dialogue avec tous les groupes disposés à négocier au Nord doit être engagé en parallèle de la reconstruction de l'armée malienne, sans opposer dialogue et action militaire.

2. Dans l'opposition entre Soudan du Nord et Soudan du Sud, l'U.A. salue la rencontre entre les président Kiir et Béchir en marge du Sommet. Mais reste à gérer le contentieux économique entre les deux partenaires.

3. En marge du sommet, les présidents Kabila et Kagame se sont rencontrés. Il faut saluer que le dialogue puisse reprendre entre la République démocratique du Congo et le Rwanda.

4. Enfin, pour la première fois depuis 1995, l'Egypte a participé à un sommet de l'U.A. - c'est  l'intention pour l'Égypte de s'impliquer sur le continent africain et de participer à l'unification du continent. Une position qu'il faut donc saluer.

L'Afrique se concerte pour assurer son développement, pour promouvoir des solutions de paix. Autant de pas importants pour modeler un meilleur avenir à ce grand continent.

Jean Bisson - 28 07 2012

Repost 0