23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 23:01

Il y a dix ans, le 24 juillet 2001, dix ans déjà, que Paul Baudiquet nous quittait, partant vers ce Dieu de Jésus-Christ, vers ce Père de souveraine bonté et d’infinie tendresse à qui il avait consacré sa vie. Ce Père que Rembrandt a si magistralement campé dans le retour du fils prodigue.


Paul était sublime quand il commentait cette œuvre, quand il décrivait ce père, en fait ce Dieu, dans la joie du pardon, dans l’oubli des griefs et des torts… Ses mots glorifiaient l’infini pardon de Dieu et son extrême amour pour le prodigue.


J’ouvre souvent, et toujours avec émotion, les livres d’art que tu m’avais offerts avec ta cordiale dédicace. Le souvenir des moments passés ensemble, des échanges vertigineux, reste bien vivant. Vieil ami, on ne t’oublie pas. Sois de ceux qui m’accueilleront au jour des éternelles retrouvailles !

 

Jean Bisson 24 07 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires