17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 23:00

Le Père Paul Huot-Pleuroux vient de nous quitter. De 10 ans mon ainé, c'était une belle figure dans le diocèse de Besançon qui a occupé,  entre beaucoup d'autres fonctions, celle de responsable du service "Chrétiens Média". Ce service que je connaissais bien, pour y avoir moi-même collaboré plusieurs années afin de l'adapter à l'évolution des techniques modernes de communication.


J'avais ainsi pu bénéficier moi-même d'une approche sérieuse des procédures médiatiques et des règles qui aujourd'hui s'imposent dans cette activité.

 

Jean Bisson - 18 04 2013

 

 

Repost 0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 23:00

J'ai reçu,   il y a un certain temps,   le texte ci-dessous,  sans doute du Liban.  Je ne crois pas l'avoir déjà publié.   Mais on  y retrouve l'inquiétude,  toujours quotidienne,  des Chrétiens vivant en Orient.

" Les chrétiens d'Orient sont inquiets. Inquiets  pour la pérennité de leur présence  dans une région qui est leur région depuis 2 000 ans.  Inquiets pour le respect des droits  dans un contexte  de bouleversements majeurs. Inquiets face à la montée des tensions liés au confessionnalisme. Je veux leur dire que j'entends et que je comprends leurs craintes.

" Depuis des siècles ,  la France  est investie   d'une mission particulière  à l'égard  des chrétiens d'Orient.  Elle ne s'y dérobera pas." a écrit Alain Juppé dans le Journal La Croix du 29 février 2012.

Quant à votre dernier mail, en prenant Jérusalem comme exemple , vous oubliez que c'est une ville et non un pays ou se trouve  la Mosquée Al-Aqsa  troisième lieu saint de l'Islam après la Mecque et Médine.  Une petite visite  en Israël pour constater des Moquées à Nazaret, Haïfa et dans d'autres villes. Alors que l'Arabie saoudite est un pays. Je Vous rapporte la phrase d'un responsable du Vatican, lorsque celui-ci avait reçu cet aveu du roi de l'Arabie saoudite "Qu'on ne peut pas construire d'Eglise en Arabie saoudite" parce que l'Arabie saoudite est une grande Mosquée et que dans une Mosquée on ne peut pas construire d'Eglise !

Le Qatar,  le Koweït,  et les Emirats du golfe  sont des pays où vivent  des Chrétiens qui ne peuvent pas disposer d'un lieu de culte.  Mais hélas ces Chrétiens n'ont pas la chance d'avoir l'équivalent de vous, pour les défendre ! "

 

Je connais les difficultés douloureuses que vivent les Chrétiens d'Orient. J'en ai parlé bien des fois et l'on peut trouver dans le dossier "dialogue religieux" de mon blog plus de 115 brèves dont un certain nombre sur ce sujet préoccupant.

 

Concernant Jérusalem,  c'est pour moi  plus qu'une ville,  plus même qu'un pays, c'est un symbole !   Et si je me réjouis qu'il y ait une mosquée,  même à Nazareth,  cela ne signifie pas  que  je sois d'accord  sur  l'idéologie  saoudienne  qui considère son pays entier comme une mosquée !

 

Mais  je crois  que c'est  en ouvrant des chemins de tolérance,  d'amitié et de dialogue - des chemins de respect - qu'on avance  dans  le  respect mutuel et qu'on sème les germes d'une véritable paix.  Utopie pour vous, peut-être.  Pour moi,  exclusion  et  mépris, haine et violence, ne sont ni des armes constructives, ni des bases de paix.

 

Jésus s'est laissé flageller et crucifier...  Mais pour les Musulmans, c'est lui,  Jésus,  qui  viendra  au  jour  dernier, et qui rejoindra Jean Le Baptiste, pour présider ensenble  le Jugement dernier !

 

Jean Bisson -  17 04 2013

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 09:45

L'id

En décembre dernier, Madame Nadine Morano, Secrétaire d'Etat chargée de la famille et de la solidarité, avait déclaré dans un discours officiel à quelqu'un qui l'interrogeait sur la compatibilité de l'Islam avec la République française, qu'elle souhaitait que les jeunes Français "ne parlent pas verlan, et qu'ils ne mettent pas leur casquette à l'envers". Je comprends mal comment cette réponse qui, opposant l'usage d'une langue inversée et d'une coiffure retournée, répondrait aux différences relevées entre les fidèles de l'Islam et les Chrétiens.

J'ai travaillé en terre d'Islam, en Algérie et au Maroc, j'ai enseigné le français à des garçons et à des filles musulmanes, dans les établissements publics de ces états durant plus de 10 années. Je n'ai jamais rencontré de problèmes. Mon enseignement y était respecté.

En France, j'ai toujours enseigné dans les établissements de l'école publique et en respectant la liberté  de mes élèves et de leurs familles. Le dialogue est toujours possible mais il doit évidement toujours demeurer respectueux.

Porter une casquette n'est, en soi, ni chrétien ni islamique... C'est un vêtement, et le vêtement peut n'être qu'un élément culturel, mais il vrai que des religions ont utilisé coiffures et vêtements à des fins religieuses et même liturgiques. Les catholiques savent bien que leurs prêtres disposent de vêtements liturgiques parfois somptueux que l'on revêtait autrefois pour chaque célébration de messes ou d'autres offices comme les Vépres ou les Bénédiction du Saint-Sacrement. Chaque  temps liturgique avait sa propre couleur. Et c'est ainsi qu'alternaient sept coloris : le Vert, le Rouge, le Rose, le Bleu, le Violet avec le Blanc et le Noir. Si le jaune ne figurait pas parmi les teintes liturgique,  il était tout de même complémentaire des autres couleurs par l'usage de la dorure utilisée pour l'écriture ou la représentation de signes ou symboles connus.

Je termine en soulignant combien, depuis toujours, le vêtement, devenu "unifomre", a servi à révélé une importance ou une fonction sociale. Clergé et Religieuses, Militaires, Juges, Avocats pour ne citer qu'eux, ont leurs propres tenues. C'est à la fois l'histoire de leur place dans la société, l'héritage reconnu de leur fonction et de leur rôle. C'est la mémoire symbolique de leur place nécessaire dans notre société.

Jean Bisson  - 05 04 2013

Repost 0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 23:00

Pour que des hommes se sentent utiles dans notre société, pour qu'ils se sentent reconnus dans leur dignité, il leur faut s'engager et travailler avec d'autres. Quand l'individu s'isole, quand il se marginalise, l'homme perd sa dignité car sa relation sociale n'existe plus.

C'est toujours dans l'accomplissement d'un projet commun, ce n'est qu'en cheminant vers un objectif  sociétal qu'on scelle des amitiés et qu'on donne du sens à un engagement.

C'est vrai pour tout engagement, aujourd'hui tout autant qu'autrefois. Ce qui s'est éteint c'est la confiance de se reconnaître dans une attente commune, dans une construction sociale volontaire, dans un projet d'évolution vers une société plus juste, avec plus de liens sociaux.

Si nos responsables n'ont plus la volonté commune de faire évoluer ensemble une société plus ouverte à nos différences et aux besoins de chacun, une société plus éducative et bienveillante auprès des jeunes, plus attentive aux pauvres, plus accueillante envers les étrangers, plus solidaire pour nos handicapés et envers nos malades, plus respectueuse de nos personnes âgées, si personne n'accepte de collaborer, là où il est, à une société plus humaine et plus heureuse, l'avenir risquerait de n'être qu'un temps de regrets, de tristesse et de régression. Ouvrons nos cœurs et laissons vagabonder notre esprit !

Jean Bisson - 02 04 02013

Repost 0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 00:00

Joyeuse fête de Pâques, aux Chrétiens !  Joyeux week-end à tous mes lecteurs, qu'ils appartiennent à une autre tradition religieuse ou qu'ils soient incroyants. Je respecte la foi de tout individu.

Pâques se célèbre cette année dans le froid d'une fin d'hiver. Seul le coeur des disciples de Jésus est réchauffé par leur certitude en sa résurrection. Un événement qui annonce pour eux notre propre résurrection individuelle à la fin des temps.

Ce sont de belles célébrations chrétiennes, profondes, et riches de nombreux symboles. J'en ai, avec des amis, préparé de fort belles lorsque mon âge me le permettait.

Les souvenirs en restent vivants ! 

Jean Bisson - 31 03 2013

 

Repost 0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 15:54

En ce "Jeudi Saint" 2013, je tombe, par hazard, sur une brève déjà rédigée et sans doute non publiée. Si elle l'a été déjà, que mes lecteurs m'en excusent !

Autour de la vie du Prophète Muhammad, fils de Abd’Allah, petit-fils d’Abd’al-Muttalib, lui-même fils de Hachim… (car en Arabie, toute vie s’inscrit dans la tradition familiale, comme dans la Bible !) la tradition musulmane raconte que les Juifs de Médine ( ville alors nommée Yathrib) virent une étoile dans le ciel tandis que des mages de Perse (adorateurs de Zarathoustra) constatèrent que le feu sacré qui éclairait leur temple depuis plus de mille ans s’était éteint; cette extinction ne pouvait qu'annoncer un événement extraordinaire.

L’évangéliste Jean, dit que, après l’Ascension de Jésus, Dieu enverra sur terre le « paraclet ». C’est ce que les disciples de Jésus fêtent à la Pentecôte : la manifestation de l’Esprit-Saint. Mais les disciples de Muhammad lisent non pas « paraclet », mais « périclitos »(1) (qui se traduit en « le plus loué » (c’est ce que signifie en arabe « Muhammad »).

Une autre tradition mérite d’être relevée : à Bosra, en Syrie (2), la tradition raconte que le moine chrétien ermite Bahïra, alors que les caravanes s’arrêtaient souvent au  puits de son ermitage, en sortit exceptionnellement; c'était le jour ou Abu Talib y fit halte avec son jeune cousin Muahammad (qui deviendra le fondateur de l'IslamI).  Le vieux moine Bahïra invita les deux étrangers, à partager son maigre repas. Identifiant le jeune Muhammad à l’enfant qu’il avait vu dans une vision, il s’adressa à Abu Talib en ces termes : «Cet enfant est l’envoyé de Dieu, celui qu’annonce mon livre saint la Bible ». Puis il ajouta : « Prends soin de cet enfant. Retourne dans ton pays, prends garde aux Juifs, car s’ils voient ce que je vois, ils voudront lui faire du mal. »

Mais le saint moine Bahïra n’avait pas vu que l’hostilité viendrait surtout de son propre peuple, celui le la Mekke. Cette prophétie de l’ermite Bahïra fut reprise par l’historien Ibn Hisham (du VIII° siècle) qui y ajoute que le moine, frappé par la coïncidence avec ce qu’il avait eu en vision, examina le dos de l’adolescent et y vit, entre ses épaules, le "signe de la prophétie"

Jean Bisson  - Jeudi Saint 28 03 2013

1- On sait qu’en langues sémites, on n’écrit que les consonnes et chaque lecteur vocalise à sa manière. C’est en effet la grande difficulté de la langue arabe.

2- Dans cette merveilleuse petite ville (que j’ai eu le bonheur de pouvoir visiter), presqu’à la frontière actuelle entre Liban et Syrie, se trouve le plus merveilleux théâtre romain, le seul conservé intact depuis ses origines car il est enchâssé dans une cuirasse de maisons médiévales; elles-mêmes toujours habitées. Du moins lorsque j'y suis passé, il y a bientôt un demi-siècle.

Repost 0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 00:00

Sans la mémoire de notre passé, sans l'attente de notre lendemain, le seul moment présent, privé de ses origines, le plus somptueux de son patrimoine, et sans la conscience de son avenir, l'homme ne détiendrait ni le sens ni la valeur de sa place dans l'univers. Mais au-delà de cette réalité matérielle, s'ajoute encore l'infinie quête spirituelle de l'homme, chacun pouvant refuser cette quête, ou emprunter l'un des chemins déjà tracés et généralement strictement balisés.

Trois religions ont présenté leur parcours, vers le même Dieu unique. Les Juifs sont les premiers a avoir noté leurs sources dans l'Ancien Testament de la Bible. Les Chrétiens, reprenant l'Ancien Testament, y ont ajouté la révélation de Jésus avec le Nouveau Testament, il y a 21 siècles. Enfin l'Islam, au VI° siècle de notre ère, a recueilli  le "Coran". Ce livre, est pour les Musulmans, la dernière intervention divine et la seule authentique. Ces trois religions sont trois approches culturelles du même Dieu. 

Chaque culture humaine, et à diverses époques, des hommes se sont levés pour proposer un itinéraire concret pour communiquer avec Dieu. Mais Dieu a laissé chaque homme libre dans sa marche, dans sa recherche, dans sa découverte, dans la relation qu'il construit personnellement avec le Créateur. J'ai, ayant vécu près de quinze ans en Afrique, beaucoup d'amis musulmans. Ils m'ont accueilli, m'ont confié leurs enfants. Nous nous sommes respectés. Quand un ami musulman vient manger chez moi, il sait que si je lui sers de la viande, c'est une viande hallal. Et si je n'en ai pas, nous consommons du poisson ou des oeufs !

Jean Bisson - 27 03 2013

Repost 0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 20:51

C'est le Cardinal Jorge Mario Bergoglio, argentin de Buenos Airès, qui a été choisi au second jour de scrutin.. Le nouveau Pape, cent soixante sixième successeur de Saint Pierre, vient d'être élu par ses frères Cardinaux. Il a choisi le nom de François Premier. 

Que ce nouveau "pontifex maximus" sache conduire l'Eglise dans le monde d'aujourd'hui. Un univers complexe, aux multiples visages, aux nombreuses  attentes, où le Christianisme côtoient d'autres religions, diverses cultures avec d'autres références.

La cohabitation respectueuse des hommes est le seul socle qui permette à chacun de vivre librement selon sa foi propre, selon sa culture et selon ses héritages. 

Que ce pontificat soit pour l'Eglise un temps de paix, un temps de justice et d'ouverture à la construction d'un universel respect de l'homme..

Jean Bisson -   13 03 2013

Repost 0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 00:01

Benoît XVI, aujourd’hui pape émérite, avait lancé, avant de se retirer "l’Année de la foi et de la nouvelle évangélisation". Son successeur devra, en priorité, dynamiser l'Eglise pour que sa présence dans le monde réponde aux questions et aux besoins des peuples d'aujourd'hui.

Partant d'une connaissance profonde du Christ, les Chrétiens ont à vivre leur foi avec courage dans le monde. C'est leur témoignage de vie qui peut devenir contagieux et amorcer réflexion et conversion.

Les persécutions anti-chrétiennes sont aujourd'hui encore nombreuses dans le monde. Il faut être prudent et comprendre que des conversions, que des baptêmes puissent choquer. Il faut établir des contacts qui expliquent le chemin parcouru aux communautés dans lesquelles vivaient les nouveaux convertis. Le dialogue avec l'Islam et avec les autres religions orientales, reste toujours l'étape à ne jamais négliger. C'est cette ouverture à la liberté de chacun qui est le seul moyen de vivre dans un dialogue qui garantisse à chacun la liberté religieuse.

L'intolérance comme le fondamentalisme se construisent sur le refus d'accepter la liberté des autres croyants. Comme il y a deux milles ans, les Chrétiens doivent étonner le monde, avec le feu de l’amour qui découle de la connaissance profonde et passionnée que leur apporte le Christ.

C'est dans cet esprit que le nouveau Pape devra diriger l'Eglise. Mais il reste à chaque chrétien d'avancer lui aussi et lui d'abord dans cette volonté.

Jean Bisson - 13 03 2013

Repost 0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 00:00
Ce mardi 12 mars, les cent-quinze Cardinaux de l'Eglise catholique, de moins de 80 ans, vont concélébrer une messe dans la Basilique St Pierre de Rome. Puis, pour élire le prochain Pape, ils s'enfermeront dans un espace fermé constitué de la Chapelle sixtine et de leurs chambres, au sein du Vatican,  où ils entreront en "Conclave".
Mardi 12, un seul vote est prévu en fin d'après-midi. Ensuite deux votes sont programmés chaque matin et deux autres chaque après-midi. L'élu doit recueillir au minimum 2 tiers des voix, soit 77 votes à son nom. En  fin de chaque matinée et de chaque après-midi, une fumée sortira du toit. Fumée noire tant que le Pape ne sera pas élu. La fumée blanche annoncera que l'élection est acquise. Peu après son élection, on connaîtra qui est élu et le nom papal qu'il aura choisi. Puis, le temps qu'il revête une soutane blanche et une étole, le nouveau Souverain Pontife apparaîtra et donnera sa première bénédiction. L'Eglise et le monde découvriront alors le nouveau Pape, deux cent soixante sixième successeur de Saint Pierre.
Jean Bisson - 12  mars 2013
Repost 0