14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 23:01

Mondialisation oblige ! Nous sommes condamnés, qu'on le souhaite ou non, à vivre le multi-culturalisme. En France, après le débat sur "l'identité nationale", l’UMP en a organisé un autre sur le multiculturalisme en avril dernier. L'organisation des cultes semble en avoir été l'axe principal, notamment autour des prières du vendredi que certains Musulmans sont contraints, faute de mosquées, de ritualiser ce jour-là dans une rue de Paris.

Notre constitution laïque garantit la libre pratique du culte aux croyants. Si les Chrétiens disposent de nombreuses et vastes et nombreuses églises, héritage du passé, bien trop grandes (hélas!) pour le nombre actuel des pratiquants, les six millions de Français musulmans, eux, ne disposent pas de mosquées capables de les accueillir. Des solutions sont possibles, dans le respect de l'esprit laïc : ce serait par exemple de financer une partie de la construction de bâtiments à vocation culturelle, et pouvant être, le vendredi, utilisés pour les prières rituelles.

Aucun pays ne peut échapper à cet aspect de la mondialisation. Les dimensions religieuse (cultuelle) et culturelle ne peuvent être occultées.

Un autre aspect complémentaire est celui des spécificités alimentaires, des interdits traditionnels, notamment en ce qui concerne l'abattage des viandes. Les rites "cacher" imposés par le Judaïsme et les rites "hallal" exigés par l'Islam posent problème. Nos abattoirs se sont généralement alignés en consacrant, un jour par semaine, aux abattages cultuels avec présence de personnels des religions concernées (1). Des magasins spécifiques existent, et même les "Grandes Surfaces" ont ouvert des rayons de produits hallal et cacher... Reste le problème de la restauration de groupes en milieu scolaire, universitaire, hospitalier, etc.

Depuis longtemps, dans les avions, il existent des plateaux spécifiques, avec ou sans viande... Je connais bien ce problème dans les hôpitaux, où de vieilles personnes, proches de la mort, refusent de se nourrir par "crainte religieuse". Et je trouve désolant qu'on ne puisse leur servir un simple œuf ! On tient compte des régimes sans sel, ou sans sucre. Alors pourquoi pas de régime sans viande où céréales et autres compléments alimentaires viendraient éviter les principales carences ?

Ce n'est pas par une simpliste uniformisation sur une alimentation culturellement standardidée ou par un fallacieux alignement militaire des citoyens que l'on vivra le multiculturalisme. Les valeurs spécifiques doivent être respectées car "vivre ensemble" ne passera jamais par une radicale conformité à un modèle unique.

Jean Bisson – 15 05 2011

1- C'est du moins le cas aux abattoirs municipaux de Besançon.

Partager cet article

Repost 0

commentaires