2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 00:00

Faut-il commenter le dernier remaniement ministériel ? Le Président en a fait son affaire; il a utilisé la télévision pour présenter dans une allocution officielle cet aggiornamento; il a ainsi justifié les changements qui, pour lui, s'imposaient ! Je n'entends commenter ni les départs, ni les changements de maroquins, ni les nouveaux arrivants. C'est le Premier Ministre – inchangé et qui a brillé par son silence et sa discrétion - qui poursuivra la direction de l'équipe et qui y fera appliquer, autant que faire se peut, les directives édictées par l'Elysée. De ce côté-là, il n'y aura sans doute aucune surprise. Tout semble prêt pour la dernière ligne droite qui conduit aux élections présidentielles de 2012. Quoique... Certains prévoient déjà de possibles retouches après les très prochaines élections cantonales. Ce qui ferait 5 remaniements ministériels en 18 mois…

Pas un mot pour le départ de la titulaire des « Affaires étrangères ». Son nom n’a pas été cité. Un peu sec pour celle qui ajouta de sa main à sa lettre de démission un « Cher Nicolas… » ! Le Maire de Bordeaux la remplace, tout en précisant bien qu’il reste Maire de sa ville. Naturellement, puisque les incessants voyages en avion, c’est vous lecteurs et moi qui, par nos impôts en paieront la facture !

La politique étrangère de la France va-t-elle changer ? L’image dégradée d’une France déconnectée des réalités peut-elle encore être gommée ?

Les Français ne sont pas dupes : les sondages le prouvent. Les relations étrangères, dans le contexte du « printemps arabe » nécessitent une présence discrète mais digne et surtout efficace. Quand on voit l’enlisement et la guerre fratricide qui est en train de sévir en Côte d’Ivoire, quand on constate le nombre élevé de victimes qui meurent en Lybie, on souhaiterait qu’au moins notre pays s’engage efficacement dans une aide humanitaire auprès des populations victimes.

Jean Bisson 02 03 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires