12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 23:01

Gouvernement contre Syndicats ? Ce qui touche à la retraite, touche tous les salariés, et les syndicats en sont les porte-parole. Quand les négociations ne débouchent sur aucun compromis acceptable par les deux interlocuteurs, la grève devient le seul recours. On sait très bien qu’il n’y aura en fin de compte ni perdant, ni gagnant ! On sait très bien qu’en fin de compte, les pauvres paieront toujours une forte part de l’addition et que patronat et riches préfèreront voir fondre une partie de leur fortune plutôt que de la partager… Pourtant, comme toute guerre se termine par une paix négociée (ou très provisoirement imposée, et alors ce n’est que partie remise…), tout conflit social doit déboucher sur un compromis. Seule une solution consensuelle peut apporter la paix sociale.

Est-ce normal que l’âge de la retraite soit uniformément fixé par des gens qui ne connaissent rien des métiers, de leurs contraintes, de leurs difficultés ?

Je suis stupéfait qu’à cette rentrée scolaire, quelques milliers de jeunes recrutés pour des postes de professeurs, aient été mis, sans aucune préparation pédagogique, devant des élèves. Ceux qui osent de telles aberrations devraient être tenus à faire classe pendant un trimestre dans un collège en ZEP…

A quoi bon se focaliser sur un âge de retraite ? C’est absurde. Dire qu’il faut un certain nombre d’annuités pour bénéficier d’une retraite complète, c’est évident.

Mais celui qui a cotisé très jeune et qui a donc versé très tôt ses cotisations-retraite, pourquoi le maintenir au travail alors qu’il a atteint le plafond de ses droits ? Qu’il puisse poursuivre librement quelques années de plus, soit, s’il le désire !

Alors que des entreprises licencient leurs employés et surtout leurs cadres, dès qu’ils sont quinquagénaires (parce qu’ils coûtent plus cher que des jeunes et que leur formation serait dépassée…), demander à ces chômeurs expérimentés et souvent talentueux de rester au chômage quelques années de plus, n’est-ce pas une monstruosité ?

Le mépris des hommes, mépris qui en a conduit déjà trop au suicide, pèsera lourdement dans le jugement que l’histoire portera sur notre début de 21° siècle.

Jean Bisson 13 10 2010

Partager cet article

Repost 0

commentaires