4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 23:01

Sujet ô combien sensible, délicat à traiter, explosif car les jugements, souvent ressentis comme partisans, blessent généralement ceux qui pensent différemment! Un préalable incontournable: "Islamisme" ne doit pas être confondu avec "Musulmans".

Juifs, Chrétiens, Musulmans, comme Protestants, Bouddhistes, Mormons, etc. sont des termes qui, désignant des religions reconnues, ne portent aucun jugement sur la religion ainsi nommée. Islamisme, comme libéralisme, communisme, socialisme, intégrisme, etc. désignent une doctrine, un courant de pensée qui anime un groupe spécifique.

L'Islamisme "radical", en tant que doctrine extrémiste, est une organisation qui, s'appuyant sur une lecture littérale (1) du Coran, prône le Jihad (2),  guerre, violence et terreur comme moyen d'aboutir à ses fins : le triomphe de l'Islam.  En cela, il est évident qu'une telle visée touche au terrorisme. Les responsables de l'ordre républicain, en France, ont non seulement le droit mais le devoir de prévenir toute action qui porterait atteinte à la constitution même de notre pays et aux droits de la personne. Aujourd'hui, dans le monde européen, et dans le monde entier en vertu de la déclaration universelle des Droits de l'Homme, tout droit privé est limité par le devoir découlant du respect des mêmes droits reconnus aux autres citoyens.

Cette base civique, en France, a malheureusement disparu de l'enseignement public depuis une trentaine d'années et n'est plus guère transmise par les familles. Quant au Christianisme, son influence n'a jamais été aussi réduit depuis le début du Moyen Age ! 

Il faut reconnaître que dans l'Islam, une fraction intégriste très radicale prône la violence comme moyen licite d'imposer ses points de vue. Leur nombre restreint n'abolit pas leur dangerosité ! Il est donc nécessaire de se protéger de leur nuisance. Savoir le faire à bon escient n'est pas chose facile. Et il faut surtout se garder des mettre tous les Musulmans dans le même "sac"...

Jean Bisson  -  05 04 2012 

1- La langue du Coran est l'arabe classique du VII° siècle. On peut le lire de manière stricte et directe, au premier degré. On peut aussi le lire et l'interpréter en tenant compte de son époque et des figures de style propre à l'Orient. Il en est de même d'ailleurs pour la Bible ou les Evangiles. 

2- Jihad (en arabe ce mot se traduit par "effort") : il s'agit, au sens littéral et premier, de la "guerre sainte" comme institution religieuse pour propager l'Islam dans les terres non encore islamisées, ou pour défendre les terres déjà converties lorsque la foi musulmane y serait attaquée. 

Tout homme se doit d'y participer dès que le besoin religieux l'exige. Selon l'usage, on ne doit se lancer dans la jihad que si l'on a une chance raisonnable de gagner, sinon il convient de différer jusqu'au moment où l'on est mieux assuré du succès. La "guerre sainte" doit cesser dès que les non-musulmans se sont convertis ou qu'ils ont accepté le statut de "protégés' 'en réglant un assez lourd impôt compensatoire... Les combattants du Jihad, si celui-ci est justifié, qui trouvent la mort dans ce combat religieux deviennent des "martyrs" (Shuhaddä) et bénéficient alors d'une entrée immédiate au paradis. 

Beaucoup de Musulmans modérés, font du Jihad une lecture au second degré: cette guerre sainte à mener, ne l'est pas contre les non-musulmans, mais contre soi-même, pour éradiquer les mauvais penchants qui poussent l'homme à enfreindre les lois divines. On est là dans un tout autre registre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jonas 05/04/2012 10:30


Bonjour Monsieur,


je constate que vous évitez de répondre à mes mails. Vous continuez à monologuer, en ignorant la réalité. Pour cela vous vous appuez sur quelques amis musulmans, qui sont  certainement des
hommes de bonne foi. Mais il existe 1300 millions de musulmans dans le monde répartis sur 57 pays.


Deux exemples qui montrent en dehors de celui d'hier que vous vivez dans le déni de la réalité.


1) Un professeur  d'une université palestinienne , le Dr Ja'ara Maître de conférences  à Naplouse  est venu expliquer dans une émission religieuse à la télévision de l'Autorité
palestinienne, que Moïse à conduit les "les enfant d'israël musulmans hors d'Egypte".


"Nous devons faire comprendre au monde que David  de la Bible hébraïque  n'est pas lié au David  dans le Coran , Salomon dans la Bible  hébraïque n'est pas dans le Coran, et
que ni Saül ni Josué  ne sont les fils de Nun comme dans la Bible.


Nous avons un grand chef , Saül (  dans le Coran) qui a vaincu des géants et à tué Goliath. C'est une grande victoire musulmane.Les musulmans  sortirent d'Egypte sous la conduite de
Moïse , et malheureusement , de nombreux chercheurs nient l'Exode  de ce peuple opprimé par un grand chef qui était musulman, ce leader croyant  , ce grand musulman, succédé par Saül ,
à la tête de ces musulmans qui ont libéré la Palestine.


Ce fut la première libération palestinienne par la lutte armée pour libérer la Palestine  de la nation des géants menés par Goliath voilà la réalité.


Voilà grâce à des gens comme vous, on pousse les palestiniens à falcifier la Bible . Je rappelle que l'Exode  se situe a peu près au XV eme siècle avant J.C.  Le prophète de l'islam est
né  à la Mecque aux environs de 570/571   et mort  à Médine en 632 de notre ére. Pour un professeur Palestinien  ce décalage historique  n'a pas d'importance.


 Par ailleurs dans le même esprit 


Vous connaissez le Psaume ( 137:5)" Que ma langue se colle à mon palais, si je ne me souviens de toi...  il y a trois mille ans.


La TV palestinienne passe une chanson comme suite: " Peut mon bras droit m'oublier, peut mon bras gauche m'oublier. Peut la lumière de mes yeux et les débuts de chants m'oublier , si j'oublie
Jérusalem etc.


Pour l'instant les musulmans ont besoin de gens comme vous à l'étranger pour les soutenir ( pas les musulmans qui vivent parmi eux) après , ils diront que le JC n'a jamais existé comme le Temple
de Jérusalem.


Bien à vous.


 

JeB 05/04/2012 23:17



Des illuminés, il en existe partout! La falsification de l'histoire que vous citez est une telle ineptie qu'elle ne peut être avalée que par des gens sans culture. C'est pourquoi il est
nécessaire de dialoguer et d'instruire sur des bases objectives le plus grand nombre de jeunes Musulmans. Je m'y suis employé, là où j'ai enseigné tant au Maroc qu'en Algérie.


Bon week-end !


jean Bisson